L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

QUEL SENS DONNER A L’EDUCATION QUE NOUS RECEVONS EN TANT QUE JEUNE…

Pourquoi  revenir  sur  l’école  ou  sur  l’éducation ? Certains  pourraient  se  poser  la  question. Il  revient  sur  l’école  alors  que  le  chef  de  l’état  dans  son  dernier  discours  a  noté  des  avancées  dans  ce  sens  et  surtout, on  le  voit  des  jeunes  camerounais  sont  de  plus  en  plus  admis  aux  examens  et  autres.

Mais  c’est  l’arbre  qui  cache  la  réelle  foret  qu’est  notre  école. Il  s’agit  bien sûr  de  l’école  en  terre  camerounaise. Cette  fois, pour  ma  part, il  n’y a  qu’un  responsable  du  moins avant  que  ma  position  n’évolue. Ce  sont  les  écoliers  eux  mêmes.  Quand  je  parle  d’écoliers, il  s’agit  de  ceux  qui reçoivent une  formation. C’est  vrai  on  a  eu  coutume  de  dire  et  de  redire  au  sujet  des  infrastructures, des  enseignants  de  la  qualité  de  la  formation  mais  il  se  peut  que  ce  ne  soit  pas le problème  de  fond.  Le  problème  de  fond  c’est  quel  est  le  rôle   de  l’éducation  dans  une  société  donnée ? Doit-on,  dans  une  société  donnée,  privilégier  l’instruction  c’est-à dire  la  diffusion  des  connaissances  à  l’éducation  qui  est  la  formation  de  l’homme  dans  son  intégralité ? Dans  les  lycées, les  amphis  des  campus,  les  jeunes  camerounais  doivent-ils  se  contenter  de  valider  sans  rien  comprendre  ou  doivent-ils  chercher  à  comprendre, intégrer  ce  qui  est  compris  dans  leur  quotidien  avant  de  valider ? Du  moins, qu’est  ce  que  nous  voulons  faire  pour  la  société  aux  sortir  de  notre  école  ou  de  notre  formation ?

Avant  d’arriver  à  ces  questions,  j’aimerais  préciser  ce  que  j’entends  par  tous ces  termes, inspiré    par  mes  dictionnaires  qui  m’accompagnent  très  régulièrement. C’est  quoi  l’éducation ? C’est  quoi  l’instruction ? C’est  quoi  l’école ? C’est  quoi  la  Classe ? C’est  quoi  la  Formation ? Quel  est  le  lien  entre  tous  ces  concepts ?

 Selon  mon  entendement  inspiré  du  dictionnaire  Encarta  2009, c’est  un  enseignement  des  règles  de  conduite  morales  physiques  et  sociales  qui  précisent  la  formation  de  la  personnalité. C’est  dire  que  l’éducation  c’est l’acquisition  des  savoirs  académiques  et  des  connaissances  dans  l’optique  de  les  adapter  à  la  vie, affronter  la  vie  et  acquérir  un  savoir  vivre. C’est  ainsi  qu’une  éducation  véritablement  faite  est  un  gage  de  succès  d’abord  intellectuel  et  par la suite  matériel. Tandis  que  l’instruction  est  l’acquisition  et    la  transmission  des  connaissances  et  des  savoirs. Elle  peut  se  faire  dans  le  cadre  des  enseignements  académiques  comme  c’est  le  cas  à  l’université  ou  au  secondaire  et  même  au  primaire. Bref  un  monsieur  instruit  valide  tous  ces  cours,  réussit  ses  années  avec  de  très  bonnes  moyennes  parce  qu’il  a  acquis  des  notions  et  des  rudiments  du  moins  même  s’il  a faxé, il  a  validé  donc  il  est  instruit. Pour  ce  qui  est  de  l’école  et   la  classe, il faut  dire  que  l’un  est  plus  abstrait  et  traduit  plus  le  sens  de  la  formation  et  de  l’éducation. Il s’agit de l’instruction  alors  que  l’autre  est  plus  concret  et  donc  plus  matériel  et  ne  traduit  pas  tout  a  fait  cette  réalité. L’école  par  exemple  renvoie  ici  à  l’école  primaire, secondaire  et  l’université.  Cela  dit  l’école  renvoie  plus  à   la  formation de  l’homme  pour  un  devenir meilleur.  D’ailleurs  université    est  une  école  dans  le terme « université »  on  a  « univers »  qui  signifie « l’élite », la « crème »  de  la  société. Souvent  nous  disons  que  « nous  partons  en  classe, nous  allons  au  campus ». Ce  sont des  lieux  où tout le  monde peut  se  rendre y  compris  les  chevaux,  les  bœufs  comme  on  en  trouve  souvent  sur  notre  campus. Or  ces  animaux  ne  peuvent  pas  aller  à  l’école. C’est  pour  dire  que  ceux  qui  jusqu’aujourd’hui  partaient  en  classe  ou  au  campus  doivent  désormais  aller  à  l’école  et  à  l’université  pour  se  former. Formation, voila  un  autre  terme. Le  dictionnaire  Larousse  2009  me  fait  comprendre  que  c’est  l’action  de  donner  forme  à  quelque  chose. Former  lui  même  revient à créer, constituer, donner  forme  à  ce  qui  n’existait  pas. C’est  donc  éduquer, façonner  à  travers  l’instruction. C’est  cela  la  formation.    Ainsi  conceptualisés, on  verra  que  ces  termes  sont  proches  mais  revenons  plus  bas  sur  le  fond  du  problème. Autrement  dit doit-on,  dans  une  société  donnée,  privilégier  l’instruction  c’est-à dire  la  diffusion  des  connaissances  à  l’éducation  qui  est  la  formation  de  l’homme  dans  son  intégralité ?

Je  m’en voudrais  de  ne  pas  commencer  par  un  témoignage  qui  me  marque  depuis  que  je  suis  tout  jeune  et  malheureusement, tous  ceux  avec  qui  je  fréquente,  jusqu’aujourd’hui,    s’obstinent  à  penser  ainsi. Voyez-vous, on  fait  un  cours  et  puis  pif  sur  le  champ, l’enseignant  nous  demande  de  mettre  nos  sacs  devant, c’est  la  composition. Tous  mes  camardes  s’obstinent, s’inquiètent  et  ont  peur. Chacun  dit «  je  vais  faire  comment, moi  qui  voulait  valider  le  cours  si  à  la  normale,  que  ferai-je ? » Alors  je  me  tourne  et  je  lui  dis « tu  vois  où  se trouve   ton  problème, c’est  que  tu  veux  seulement  valider, c’est  pourquoi  tu as  si  peur  et  tu es  inquiet . Tu  ne  t’es  pas  soucié  de  comprendre  le  cours, tu  ne  t’es  pas  soucié  de  prendre  le  cours  comme  un  élément  mis  a  ta  disposition  pour  répondre  à  des  problèmes  que  la  société  se  pose ». Voila  donc  ou  se  situe  le  problème. Quelle  école ? Une  école  pour  acquérir le  savoir  même  étant    nul  dans  la  société ? Une  école  pour  s’instruire, se  bomber  de  connaissance  et  être  le  premier  à  remettre  en  cause  les  préceptes  appris  sur  la  pratique ? Une  école  où  on  apprend  qu’il  faut  laver  les  mains  avant  de  manger  et  dès  qu’on  rentre, on  n’a  même  pas  encore  retiré le  sac  du  dos  qu’on  mange  déjà ? Une  école  où  chaque  jeune  se  soucie  uniquement  de  valider   sans  avoir  rien  compris  ou  rien  intégré ? Une  école  qui  fait  des  têtes  pleines  et  non  des  têtes  bien  faites ? L‘école  a  perdu  de  son  sens  et  de  sa  valeur.  Parce  que,  non  seulement  tout  le  monde  s’y  est  invité  mais  les  conditions  matérielles  de  l’humanité  obligent, c’est  désormais  une  école  alimentaire  que  les  jeunes  font. C’est  d’ailleurs  pourquoi  cette  école  leur  permet  de  subvenir  à  leur  besoin  quotidien  sans  pour  autant  leur  inculquer  un  véritable  savoir  vivre  et  un  véritable  sens  de  l’intérêt  général. Ce  problème  est  d’autant  plus important  que  ce camarade,  qui  se  battait  et  débattait  pour  valider  me  dit  par  la  suite : « je  suis  venu  ici  pour  valider  et  partir. » Ce  qui  est  évidement  grave  puisque  c’est  une  tête  pleine  de  plus  qui  sera  mis  sur  le  marché  pour  ne pas  servir a  société  mais  se  servir  de  celle-ci.

C’est  vrai  que  la  qualité  de  la  formation  pose  problème  mais  c’est  un  problème  d’en  haut  qui  se  resoud  très  lentement . Mais les  acteurs « d’en bas »  que  sont  les  écoliers ont leur  part  de responsabilité et  doivent  à  leur  niveau  transformer  cette  école  en  privilégiant  davantage  son  aspect  éducation et  formation  pour  être  de véritables « artisans de  la  République  Exemplaire »    gage  d’un Cameroun Emergent  avant 2035. Encore  que  la  compréhension  et  l’adaptation  de ce  qu’on  comprend  à  notre  quotidien  nous  permet  non  seulement  de  valider  et  de  réussir  mais  aussi  et  surtout  de  réussir  véritablement   et  joyeusement  et  de  pouvoir  servir  valablement  la  société. C’est  d’ailleurs  la  différence  entre celui  qui  valide  sans  comprendre  et  celui  qui  comprend, intériorise  avant  de  valider. Parce  que  le  premier  n’a  voulu  que  valider  et  rien  d’autre  alors  que  le  second  s’est  soucié  du  devenir  de  la  société  et  a  donné  une  portée   générale  à son  action. Conclusion, il  valide  et  le  fait  très  bien. L’autre  question  qui  mérite  d’être  posée  est  qu’est  ce  que  nous  voulons  faire  de  ce  que  la  société  ou  l’état  fait  à  travers  la  formation ?

Une  jeune  camerounaise  assez  écoutée  du  moment  à  savoir  Stéphanie  Mbida  l’a,  en  quelque  sorte,  répondu  en  disant  que  l’éducation  ou  l’école  doit  pouvoir  résoudre  des  problèmes. Cela  veut  dire  que  l’état, à  travers  l’éducation  et  la  formation, nous  fait  participer  à  l’élaboration  de  notre  futur  et  du  futur  de  la  nation. Mais  maintenant, c’est  nous  qui  devons  donner  une  orientation  à  cela  pour  qu’elle  permette  notre  formation  intégrale  en  tant  qu’homme et  donc  le developpement de  notre  société  puisque  nous  sommes  ces  hommes  qui  la  peuplent. Cela signifie,  en d’autres  termes,  que  la  balle  est  dans  notre  camp  par  l’éducation  et  à  nous  de  transformer   cela  par  notre  volonté  de   laisser  un  héritage  aux  enfants  de  nos  enfants  et  de  nous  intégrer  dans  la  société  véritablement. Ceux  qui  l’ont  compris  ont  fait  avancer  l’espace  dans  lequel  ils  vivaient  alors  pourquoi  pas  la  jeunesse  africaine.

En  dernière  analyse, j’aimerais  que  nous,  jeunes  africains,  comprenions  que   nous   qui  sommes  dans  les  universités, dans  les  lycée  pour  donner  un  sens  au  devenir  de  l’Afrique, pour  répondre  aux  questions  que  se  pose  notre  continent, berceau  de  l’humanité. Nous  ne  pourrons  répondre  à  ces  questions  que  si  nous  parvenons  à  une  auto-formation  véritable  et  intégrale  qui  implique  instruction  et  plus  encore  éducation. Ne  cherchons  plus  à  valider  les  cours  mais  à  les  comprendre, ne  partons  plus  dans  les  amphis  mais  à  l’université   parce  que  même  le  bœuf  peut  se  retrouver  dans  un  amphi, ne  disons  plus l’Afrique  ce sont   les  autres  car  c’est  nous  qui  allons  la  bâtir. Bref  disons-nous  que  notre  présence  à  la  quête  des  savoirs  aujourd’hui  c’est  pour  un  but  précis, répondre  positivement  aux  questions  que  se  pose  notre  continent et  lui  permettre  d’être  un  acteur influent  du  grand « rendez-vous  du  donner  et  du  recevoir  avec  les  autres  civilisation ». Si  nous  ne  le  faisons  pas, même  si  nous  avons  les  plus  grandes  notes, nous  aurons  failli  à  notre  grande  mission : décoloniser  véritablement  l’Afrique  d’abord  d’elle-même  ensuite  des  autres.

                                    TADAJEU  KENFACK  ULRICH



19/02/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres