L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

L'impact socio politique de la crise economique de 1987 au Cameroun

INTRODUCTION

Le Cameroun  est  un  pays  situé  en  Afrique  centrale  aux  confins  du  golfe  de  guinée.  Ce  pays, comme la  plupart  des  pays  africains  ex colonies,  s’est  lancé  pendant  la  période  postcoloniale  dans  la  production  du  pétrole  et  des  produits  agricoles.  Seulement  cette   production  qui  impliquait  les  paysans  et  surtout  les  moins  riches  de  la  société  a  connu  des  moments  de  disette  parce  qu’influencée  par  les  fluctuations  des  prix  sur  le  marché  mondial. C’est  ainsi  que  par  l’action  coordonnée  des  forces  internes  et  externes, le Cameroun  a  sombré  entre  1986  et  1987  dans  une  crise  économique  sans  précédent  qui  influença  énormément  la  suite  de  l’histoire  de  ce  pays.  Ainsi  de  cette  situation  socio-politique  délétère qui sévit actuellement au  Cameroun, ne  pourrait-on  pas  penser  qu’elle  est  le  résultat  de  la  crise  économique  qui  l’a  touchée  en  1987 ?  Pour  y  parvenir, nous  allons  organiser  notre  travail  en  trois  parties, d’abord  nous  allons  parler  des  origines  de  la  crise  de  1986-1987, lesquelles  origines  sont  à  la  fois  internes  et  externes, ensuite  les  manifestations  de  cette  crise  et  les  mesures  prises  pour  pallier  à  la  crise  et  enfin  nous  allons  évaluer  l’impact  à la  fois  social  et  politique  de  cette  crise.

 

I-                   ORIGINES  DE  LA  CRISE  ECONOMIQUE  DE 1987 AU  CAMEROUN

On  entend  par  origine  de  la  crise  l’ensemble  des  éléments  à  la  fois  internes  et  externes  qui  ont  conduit  directement  ou  indirectement  à  la  crise.  Parmi  ces  éléments, on a  des  aspects  internes  et  externes.

A-    LA  MAUVAISE  GOUVERNANCE

Ce  qu’on  peut appeler  mauvaise  gouvernance  ici, c’est  la  mauvaise  gestion  des  affaires  publiques  par  les  autorités  qui  en  ont  la  charge.  Elle  se  manifeste  à  tous  les  niveaux  mais  d’abord  au  niveau  de  l’Etat principalement  le  gouvernement.

Il  faut  dire  que  le  gouvernement  utilise  mal  l’argent  et  surtout  dépense  de  l’argent  dans  des  projets  sommaires  comme  la  construction  des  bâtiments  ministériels  et  des  services  publics.  Parmi  ces  projets  construits, on  peut  citer  la  construction  d’un  immeuble  de  treize  niveaux  à  Douala  pour  le  siège  de  l’ONCB[1]. En plus  de  ces  constructions, l’administration  camerounaise  est  surchargée  de  fonctionnaires  qui  ont  des  salaires  élevés  et  font  d’énormes  dépenses. C’est d’ailleurs ce que  nous apprend Fanny  Pigeaud  selon qui le   nombre  de  fonctionnaire  est  passé  de  80000 à 180000  entre  1982 et 1988.   Ces  fonctionnaires  sont , pour  la  plupart,  corrompus  et  détournent  les  deniers  publics.  Ces  détournements  ont  eu  un  impact  considérable  sur  les  entreprises  publiques  car  la  plupart  de  ces  entreprises  ont  fermé. On  peut  citer  ici la  CELLUCAM  qui  a  fermé  en  1984  et  la  SODEBLE  qui  n’a  pas  atteint  ses  objectifs  de 120000 tonnes  en  1984.

En  plus  de  ces  pratiques, on  note aussi   la  fraude  qui  faisait  bon  chemin  dans  la  société  camerounaise  et  son  impact  était  considérable  comme  le  remarque  Philippe Gaillard[2]  selon  qui  on  peut  évaluer  à près  de  1500 milliards  de  francs  CFA  les  pertes  liées  à  la  fraude  de  1981 à 1986 soit  exactement  600 milliards  de  droits  de  douanes, 500 milliards  pour  l’usage  des  fausses  factures.  Ces  pratiques  couplées  de  la  corruption  étaient  d’autant  plus  dangereuses  que  l’Etat  camerounais  était  un  Etat  postcolonial  assez  fragile et  le  supplice  que  connut  l’administration  eut  un  impact  sur  les  populations  rurales  et  surtout  avec  la  chute  des  prix  des  produits  sur  le  marché  mondial, l’Etat  ne  fut  pas  un  facilitateur  entre  l’extérieur  et  l’intérieur. Mais  avant  d’y  parvenir, revenons  sur  ces  facteurs  externes.

B-     LE  CONTEXTE  ECONOMIQUE  INTERNATIONAL

La  découverte  du  pétrole  au  début  des  années  1970  fut  perçue  comme  un  espoir   pour  l’économie  du  Cameroun. Ces revenus pétroliers  étaient  utilisés  pour  booster  l’agriculture.  En  plus  comme  la  plupart  des  pays  africains, le  Cameroun  est  un  pays  agricole  vivant  essentiellement  de  l’exportation  du  cacao  et  du  café  soit  près  de  60%.  Ceci  signifie  que  les  recettes  du Cameroun  provenaient  principalement  du  pétrole   découvert  en  1970  et  du  cacao/ café  produits  au  Cameroun  depuis  la  période  coloniale. Seulement  la  baisse  que  connaissent  les  cours  du  pétrole  entre  1984  et  1986  sera  très  déterminante  pour  la  crise.  Philipe  Gaillard montre  que le  baril  de  pétrole  est  passé  de  30 dollars en  décembre  1985 à 10 dollars en  juillet 1986 avant  de  se  stabiliser  à  environ  15 dollars. Cela  dit  une  chute  de  près  de  50%  du  prix  du  pétrole.  Les  conséquences  sont  énormes  d’autant  plus  qu’à  la  même  période, il  y’a  la  dépréciation  de 40% du  dollar. En  effet,  les  exportations  du  Cameroun  sont  libellés  en  dollars  et  cette  dépréciation  entraine   le mauvais  paiement des  produits camerounais. La  conséquence  a  été  observable  sur  les  recettes  de  l’état  parce  que les  recettes  pétrolières  sont  passées  de  722 milliards de  francs CFA  lors  de  l’année  fiscale  1984-1985  à  233 milliards en  1987-1988[3].  C’est  dire  le  gap  qu’ont  connu  les  recettes  de  l’état  et  l’impact  qu’a  eu  la  croissance  économique  du  Cameroun  ont  été  assez  importantes.

Ajouté  à  cette  baisse du prix du pétrole, il  y  eut    la  baisse  des  prix  des  produits  agricoles à  l’instar  du  cacao  et  du  café. Pour  comprendre  l’importance  de cette  chute, il faut remonter le  passé et se rendre compte  que,  comme  la  plupart  des  états  postcoloniaux, le  Cameroun  vivait  presqu’uniquement  de  ces  produits  d’exportation  et  de  l’agriculture. En  effet, le Cameroun  était  le  deuxième  producteur  de  cacao  en  Afrique  mais le  premier  producteur  de  café  et  les  ventes  de  café  sur  le  marché  mondial  représentait  près  de  75% des  recettes  du  Cameroun. Comme  le  montre  Philippe  gaillard[4], de  janvier  à  septembre 1987, le  cours  du  café  est  passé  de  2,04  à  1,00 dollar et  le  cacao  de  1,05  à  0,8 dollar. La  baisse  des  recettes  liée  à  ces  produits  a  ainsi  atteint  -25%  et  en  trois  années  les  recettes  liées  à  ces  produits  ont  chuté  de  29%  et  les  termes  de  l’échange  ont  été  détérioré  parce  que  le  Cameroun  n’exportait plus . Ceci  s’est  d’ailleurs  ressenti  sur  le  budget  du  Cameroun  qui  a  connu  un  déficit  fiscal  de  l’ordre de  6%  de  son  PIB. La  baisse  des  prix  sur  le  marché  mondial  était  cruciale  pour  le  Cameroun  dans  la  mesure  ce  pays  vivait  de   la  vente  de  ces  produits. Cette  chute  conjuguée  à  la  mauvaise  gouvernance  qui  y  faisait  chemin  a  conduit  inéluctablement  à  la  crise  économique.

 

II-                MANIFESTATIONS   ET  LES  MESURES  PRISES  POUR  RESOUDRE  LA CRISE

 

A-    MANIFESTATIONS  DE  LA  CRISE

Une crise économique est caractérisée par une diminution généralement brutale de la production et du taux de croissance, et par une augmentation du taux de chômage[5]. Tous  les  éléments  cités  plus  haut  ont  conduit  à  la  crise  en  1987  caractérisée  comme  le  dit  la  définition  par  la  baisse  du  taux  de  croissance.  Cette  baisse  du  taux  de  croissance s’est manifestée  par  la  baisse  de  la  production  car  mal  payés, les  agriculteurs  ne  pouvaient  plus  travailler.  Mais  officiellement, on  peut repérer  le  début  de  la  crise  lorsque  le  président  dans  un discours,  déclare : «   la crise  est  la ». Cette  crise  s’est  manifestée  par  la  baisse  considérable  des  recettes  d’exportation de  plus  de 500 milliards par  rapport  à  1984. Laquelle  baisse  des  recettes  d’exportation  a  conduit  non  seulement  à  la  baisse  de  la  production  mais  aussi  à  la  stagnation du  produit  intérieur  brut (PIB)  suite  à  l’élargissement  du  déficit  budgétaire qui  a  été  élevée à 413 milliards  en  1986-1987  contre  104 milliards l’année  précédente. Cette  baisse  de  la  production  a,  en  plus,  entrainé  un  chômage  inéluctable. Mais  des  mesures  ont  été  prises  pour  contrecarrer  cette  crise  parmi  lesquelles  les  plans  d’ajustement  structurel.

B-     LES  MESURES  PRISES  POUR  PALLIER  A LA  CRISE

1-      LES  PROGRAMMES  D’AJUSTEMENT STRUCTUREL(PAS)

Pour  pallier  à  la  crise,  des  mesures  spontanées  ont  été  prises. Parmi  ces  mesures, on  a  eut  d’abord  en  1988, les  plans  d’ajustement  structurel (PAS). Les  plans  d’ajustement  structurel  sont  des  programmes  mis  sur  pied  par  les  institutions  de  Bretton  Woods  pour  pallier  à  ces  crises  dans  les  pays   touchés. Ces  plans  étaient  des  prêts   conditionnés  par  des  ajustements  au  sein  de  l’Etat. Après  maintes  hésitations  et  résistances,  le  Cameroun a  finalement  été  obligé  de  souscrire  à  ces  plans. Ces  résistances  furent  manifestées  par  cette  phrase  du  président  de  la  République  le  20 juin 1987 à l’Assemblée Nationale : «  nous  n’irons  pas  au FMI ». Mais  finalement, en  1988, l’Etat  camerounais  a  sollicité  un  prêt  auprès  du  FMI  avec  lequel il   a  passé  un  accord  en  septembre  1988  et  c’est  en  juin  1989  qu’il  obtint  le  premier  prêt  d’ajustement  structurel de  la  part  de  la  banque  mondiale. Ce  fut  l’entrée  du  Cameroun  dans  le  fameux  cercle  des  pays  ajustés  et  le  début  d’une  période  d’austérité.  Car  en  contre partie  des  prêts, le  Cameroun  allait laisser  privatiser et  liquider  des  société  publiques et  des  mesures  assez  drastiques  sur  le  plan  social entrainèrent  un  impact  socio-politique  grave  sur  le  pays.

2-      L’INITIATIVE  PAYS  PAUVRES  TRES ENDETTES (PPTE)

Mais  on a  enregistré  une  autre  mesure   sur  le  long  terme pour  pallier  à  cette  crise à savoir   l’entrée du Cameroun dans  l’initiative  pays  pauvres  très  endettés  en  1996. Laquelle initiative  avait  pour  objectif  l’allègement  de  la  dette  extérieure  du  Cameroun  afin  de  la  ramener  à  un  niveau  dit  soutenable. Car  il  faut  le  rappeler  la  crise  de  1986  a  augmenté  le  niveau  de  la  dette  du  Cameroun  qui  est  passé  de  2674 millions  de  dollars  en 1981  à  près  de  6473 millions  de  dollars  en  1992. En  plus  le  passage  du  pays  sous  ajustement  structurel  a augmenté   la  dette qui est  passée  de  223,3 millions  de  dollars en  1992  à  421,8millions  de  dollars en  1997  soit  une  augmentation  de  47,06%[6]. Il  faut  dire  que  l’IPPTE  est  en  quelque  sorte  la  suite  des  ajustements  structurels  car  les  conditions  d’éligibilité[7]  sont  en  les  mêmes  que  celles  des  ajustements  structurel. Ces  critères  ont , comme  les  ajustements  structurels, augmenté  la  précarité  de  la  population  dans  la  mesure  où  elle  ne  fut  plus  au  centre  des  décisions  mais  c’étaient  les  lois  du  marché  qui  dictaient  les  actions  publiques.

 

III-             L’IMPACT  SOCIO POLITIQUE DE  LA  CRISE

La  crise  de  1987  au  Cameroun  a  eu  un  double  impact  social  et  politique.

A-    IMPACT  SOCIAL

1-                  La  réduction du  train  de  vie  de  quotidien

Sous  cet  aspect  social, il  faut  dire  que  tous  les  éléments  ont  concouru  à  l’appauvrissement  de  la  société  camerounaise. Parmi  ces  éléments, on  peut  citer la  réduction  du  train  de  vie  d  l’état  qui a  entrainé  les  licenciements , le  chômage, la  criminalité. Toutes  ces  conséquences ont  été  liées aux  ajustements  structurels  qui  ont  en  quelque  sorte  mis  l’état  en  otage. En  effet, les  ajustements  structurels  prévoyaient  de  nombreuses  mesures  d’austérité  au  niveau  de  l’état  pour  avoir  accès aux  prêt  des  bailleurs  internationaux. Mais  seulement  ces  ajustements  structurels  ont  été  considérés  par  de  intellectuels  comme  des  programmes  imposés  par  le  haut  et  ne  tenant  pas  compte  de  la  spécificité  des  sociétés[8]. Il  ajoute  d’ailleurs  que « les  programmes  d’ajustement  structurel  sont  liés  aux  lois  du  marché  et  impliquent  la  réduction    des  agents  de  l’Etat  qui  n’obéissent  pas  aux  lois du  marché. En  plus, il  y’a  le  gel  des  recrutements  et  les  départs  en  retraite. C’est  la  raison  pour  laquelle il  y’a  eu  la  baisse  des salaires. Car  en  concentrant  le  profit  à  des  strates  sociales, l’ajustement  structurel renforce  l’inégalité  implantée  avec  l’avènement  de  l’Etat  postcolonial »[9]. Tout  ceci  s’est  manifesté  par  la  réduction  des  fonctionnaires  à  la  fonction  publique  et  surtout  la  diminution  des  salaires  de  ces  fonctionnaires.  Ceci  signifie  que  lorsque  les  fonctionnaires  n’étaient  pas  licenciés,  leur  salaire  était  réduit  parce  qu’il  fallait  rembourser  la  dette  et  surtout  s’ajuster  pour  avoir  accès  aux  prêts  des  bailleurs  de  fonds  internationaux. C’est ainsi  que  les  salaires  ont  été  réduits  de  prêt  de  65% en janvier puis en novembre 1993, ces derniers ont donc été diminués : la baisse était en moyenne de 60% et est allée pour certaines catégories de fonctionnaires jusqu’à 70%. . En  plus  les  investissements  publics  sont  passés de  695 milliards  de  Francs CFA en  1986-1987  à  près  de  283 milliards  en  1987-1988. Cette  réduction  a  certes  réduit  les  salaires  mais  elle  a  davantage  entrainé  les  mécontentements  et  le  chômage.

2-      Licenciements  et  chômage

En  plus  de  la  fonction  publique, il  faut  dire  que  les  sociétés  privées  ont  été  contraintes  de  réduire  leurs  effectifs  pour  faire  face  à  la  crise. Ainsi  les  entreprises  privées  ont  diminué  leurs  effectifs  de  près  de  20%  et  en  dix  ans le  taux  de  chômage  est  passé de  7,3%  à  24,6%  de  la  population  active  à  Douala . La  pauvreté  a  suivi  le  cours.  En  effet  dans  les  sociétés  africaines  où  la  famille  est  assez  large, le  chômage  d’une  personne  a  un  effet  sur  plus  de « dix  Bouches ». Cette  pauvreté  a  connu  une  hausse  considérable  à  Douala  par  exemple  en  passant  de  2%  en  1983  à  près  de  30%  à  1993. On  peut  aussi  citer  en  exemple  le  licenciement  des  employés  de  l’office   national de commercialisation des produits de  base(ONCPB)  à  la  veille  des fêtes  de fin  d’année et  en  fin 1989, près  de 5000  emplois  sont  supprimés. Dans  un  contexte  de  pauvreté  de  la  sorte, les  services  sont  couteux  et  on  connait  une  inflation  et  une  dégradation  des  services   sociaux  comme  l’éducation, la  santé et  autres. 

Ajouté  à  ce  problème  de  chômage  comme  source  de  mécontentements, il y’eut  le  problème  des  bourses  alloués  aux  étudiants. En  effet en  1987, les  étudiants  ont  manifesté  à cause  du  retard  de  paiement de leurs  bourses. En  plus, ils  n’étaient  plus en  mesure  de  payer  leur  pension  dans  la  mesure  où  ils  n’avaient  pas  l’argent. Ce  sont   ces  mécontentements  qui  ont conduit à  la  criminalité  et  à  des  tensions  sociales  comme  le  pense  si  bien Jean Marc Ela :

 « aggraver  le  chômage urbain dans  les  pays  où  le  faible  pouvoir  d’achat  des  populations  démunis  est  un  fait  d’évidence, c’est  soumettre les  Etats  en  crise  à  des  tensions sociales que  rappellent  les  émeutes du  pain, du  riz, du  mais  dans  les  régimes ou  les  pouvoirs  sont  confrontés  au  verdict  de  la  rue[10]

C’est  pour  dire  en  définitive  que  la  crise  de  1987  a  appauvrit  la  société   camerounaise  à  travers  des  licenciements, le  chômage , la  réduction  du  train  de  vie  de  l’état. Lesquels  maux  ont  conduit  à  des  mécontentements  qui  se  sont  quelquefois  transformés  en  tensions  sociales. Ces  tensions  ajoutées  aux conditionnalités  des  bailleurs  de  fond  ont  favorisé  l’émergence  de  la  démocratie.

B-     IMPACT  POLITIQUE

1-      Démocratisation et  libéralisation

La  démocratisation  peut  être  définie  comme  le  processus  par  lequel  un  Etat  parvient  à  la  démocratie. La  Démocratie  quant-à-elle  peut  être  définie  comme  la  participation  de  la  population  à  la  gestion  des  affaires  qui  la  concerne  à  savoir  les  affaires  publiques. Elle  peut  se  faire  à  travers  la  libéralisation  de  la  scène  politique  et  la  naissance  de  plusieurs  partis  comme  ce  fut  le  cas  au  Cameroun.  En  effet, après  la  crise  de  1987, le  Cameroun  était  permanemment  sous  tension  et  en  alerte   du  à ces  tensions  et  mécontentements  sociaux  liés  à  la  dégradation  du  climat  social. Ces  mécontentements  ont  été  récupérés  par  les  leaders  qui  en  ont  donné  une  connotation  politique  pendant  les  années  de  braise. Ce  sont  ces  mécontentements  qui  ont  permis aux  leaders  des  partis  politiques  d’avoir  assez  d’audience. On  a  eut  les « villes  mortes »  et  bien  d’autres. Tout  ceci  a  conduit à  la  conférence  tripartite  de  1991  et  surtout  à  une  certaine  libéralisation  du  champ  politique  avec  la  naissance  de  plusieurs  partis  politiques  et  les  élections  ont eu lieu l’année  qui  suivait  avec  la  participation  des  partis politiques  nouvellement  crées.

En  plus  de  cette  démocratisation  par  le  bas, on  a  pu  avoir  les  conditionnalités  politiques  des  bailleurs  de  fond.  En  effet, l’un  des  aspects  sur  lequel  ces  bailleurs  insistaient  étaient  la  gestion  des  affaires  publiques  par  les  dirigeants, d’une  manière  générale, la  bonne  gouvernance  et  dans  cette  bonne  gouvernance, il  s’appuyait  sur  la  démocratie  pour  accorder  un  prêt. Ceci  dit  le  FMI  veillait  d’abord  sur  les  critères  de  gouvernance  et  l’effectivité  de  la  bonne  gouvernance  dans  notre  pays  avant  de  rendre  effectif  les prêts sous  forme  d’ajustement  structurel  ou  dans  le  cadre  de  l’IPPTE. Ceci  s’est  d’ailleurs  manifesté  par  la  France  qui,  par  la  bouche  de  son  président, François  Mitterrand, déclarait,    à  La  Baule  en  1990, que  : « L’aide de la France sera plus tiède envers les régimes autoritaires et plus enthousiaste envers ceux qui franchissent le pas vers la démocratie et le respect des droits de l’homme ».  Ainsi  tous  les  Etats  désireux  de souscrire  à  une  quelconque  aide  des  bailleurs  de  fonds devait  ajuster  la  gouvernance  aux  principes  universels  de  Démocratie  et  de  libéralisme. On  peut  de  ce  fait  dire  que  les  mécontentements  de  la  rue  couplés  aux  exigences  des  bailleurs  de  fond, ont  conduit  au  multipartisme  en  1992  et  de  facto  à  la  démocratisation  et  la  libéralisation  du  champ  politique  camerounais.

 

2-      Perte  de  la  souveraineté  de  l’Etat

 

C’est l’autre  conséquence  moins  heureuse  qui  a consisté à  la  mise  en  otage  de  l’état  et  son  contrôle  par  les  bailleurs  de  fonds  internationaux. Laquelle  mise  en  otage  se  manifeste  par  la  perte  de  sa souveraineté  au  profit  des  détenteurs  de  fonds :

 «  l’Etat  a  ainsi  perdu  sa  souveraineté, a  été  chassé  de  l’économie  au  profit  d’affairistes  du  nord  qui, dans  la  perspective  de  la  libéralisation  et  de  la  privatisation, s’apprêtent  à  contrôler  le  pétrole, le  bois, les  produits agricoles… »[11]

Car  en  effet, le  contrôle  de  l’Etat  doit  être  assuré  par  le  pouvoir  législatif, mais  avec  la  crise  de  1987, ce  sont  les  ONG, les  bailleurs  de  fonds  internationaux  qui  ont  le  contrôle  de  l’Etat  camerounais  et  qui  dictent  les  lois  d’en  haut  au  profit  des  grands  groupes  capitalistes  et « il  s’agit  d’un  instrument  au  service  des  intérêts  des  grands  groupes  qui  dominent  le  marché  des  capitaux » dans  la  mesure  où  « depuis  1988-1989, le  régime  est  en  train de  se  dessaisir, purement et  simplement, d’une grande  part de  ce  qui  constituait la  souveraineté  du  pays  et  des  attributs  classiques  de  l’Etat  au  profit  des  créanciers  internationaux.» Ceci  est  dangereux  puisque  l’Etat  n’assure  plus  sa  fonction  initiale  à  savoir  de  protéger  la  population  et  de  s’assurer  de  son  bien-être  mais  les  créanciers  internationaux  ont  remplacé  l’état  et  la  pauvreté  suit  avec  tous  ses  effets  jusqu’aujourd’hui. Cette  crise  a, dans  une  certaine  mesure, entraîné  une  perte  de  la  souveraineté  de  l’Etat  au  profit  des  bailleurs  de  fonds  internationaux.

 

CONCLUSION

Au  terme  de  notre  réflexion, il  faut  noter  que  la  crise  economique  de  1986-1987  au  Cameroun  est  le  fruit  d’actions de  forces  internes  notamment  la  mauvaise  gouvernance  et  de  forces  externes  notamment  la  chute  des  cours  des  matières  premières sur le  marché mondial.  Cette  crise  qui  n’a  pas  touché  seulement  le  Cameroun  s’est  manifestée  par  la  baisse  de  la  production  et  a  vu  la  mise  sur  pieds  de  nouveau  moyens  de  lutte  contre  les  crises économiques  notamment  les  ajustements  structurels, l’initiative  pays pauvres  très  endettés (PPTE). Ceci  dit  ces  mesures  ont  eu  des  conséquences  sur  le  Cameroun puisqu’elles  ont  accentué  la  pauvreté  du  pays.  elles  ont  notamment  mis  les  Etats  africains  sous  tutelle  des  grands  groupes  capitalistes  européens  et  américains. Ceci  s’est  manifestée  sur  le  plan  politique  à  travers  le  multipartisme  et  la  démocratisation. C’est  dire  donc  que  la  situation  actuelle  du  Cameroun  est  le  résultat  d’une  crise  économique  qui, en  1986-1987, influença  toutes  les  couches  de  la  société  camerounaise  et  succéda  à  la domination  étatique  postcoloniale  une domination  des  groupes  capitalistes  occidentaux. Seulement  comment  le  Cameroun  peut-il  s’en  sortir  à  l’heure  où  ces  bailleurs  de  fond  sont  touchés  de  plein  fouet  par  une  crise  financière ?

 


 

REFERENCES  BIBLIOGRAPHIQUES

  • ouvrages

Bennettot Auvergny.P., la  dette  du  tiers-monde, n°4940, paris, la  documentation  française, 1991.

Ela. JM., Afrique : l’irruption  des  pauvres, paris, l’harmattan, 1994.

Ela.JM., Quand  l’état  pénètre  en  brousse. Les  ripostes  paysannes  à  la  crise, paris, Karthala, 1990.

Gaillard.PH., le  Cameroun. T2, paris, l’harmattan, 1989.

Kuoh.M., Cameroun : un  nouveau  départ, paris, l’harmattan, 1996.

Mbarga.V.N., Ruptures  et  continuité  au  Cameroun, paris, l’harmattan, 1993.

Ngoh.VJ, History of Cameroon since 1800, limbe, Prestbook, 1996.

Pigeaud.F., Au Cameroun  de  Paul  Biya, paris, Karthala, 2011.

République  du  Cameroun, Crise économique : la  réponse  du  Cameroun, Yaoundé, mai 1989.

  • Articles

 

Bayart JF, « La société politique camerounaise (I982-1986) » Politique  Africaine, N° 22, paris, 1986.

Courade.G,« des  complexes qui  coutent  cher : la  priorité  agro-industrielle  dans  l’agriculture  camerounaise », politique  africaine, n°14,  paris, 1984

Konings.P., « l’Etat, l’agro-industrie  et  la  paysannerie  au  Cameroun», politique  africaine, n°22, paris, 1986.

Moustapha.M., « L’Initiative Pays Pauvres Très Endettés (IPPTE) : le cas du CAMEROUN, université du Québec», Décembre 2005.

Verre.P., « Du développement auto-centré au national-libéralisme», Politique africaine, n°22, paris, 1986.

Willame. JC., « Les avatars d’un libéralisme planifié », Politique africaine, n°18, Paris, 1985.

 

 

 

 

 



[1] Fanny Pigeaud, Au Cameroun  de  Paul Biya, paris, Karthala, 2011. P43

[2] Philipe Gaillard, Le  Cameroun.T2, Paris, l’harmattan, 1989. P 129

[3] Fanny Pigeaud,Op.cit.

[4] Philippe Gaillard, Op.Cit, P128.

[5] Encarta 2009.

[6] Mounira  Moustapha, « L’Initiative Pays Pauvres Très Endettés (IPPTE) : le cas du CAMEROUN », université du Québec, Décembre 2005.

[7] Ces  critères  sont  la  rigueur  financière(diminution  des  dépenses  publiques tels  que  l’éducation, la  santé, les  transports),réduction  d’emploi, réduction  des  salaires, augmentation  des  taxes  et  des  impôts.

[8] Jean-Marc Ela, Afrique : l’irruption  des  pauvres, paris, l’harmattan, 1994. P47

[9] Op.cit., P 48.

[10] Op.cit. P 59.

[11] Jean Marc Ela, Afrique…, P 60



20/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres