L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

HABITUDES POLITIQUES A EXTIRPER EN TERRE AFRICAINE

L’actualité  sénégalaise  nous  donne  l’occasion  de  revenir  sur  certains  problèmes  de  l’Afrique  et  d’en proposer  quelques  solutions. Car  la  situation  au  Sénégal  peut être  la  même  au  Cameroun  ou  ailleurs. Alors  nous  appuyant  sur  deux  interview du  président  Wade, nous  voulons  mettre  en  exergue  des  habitudes  politiques  à  émasculer  et  à  extirper. La  première  interview  est  celle qu’il accordée  au  quotidien  burkinabè  le  pays, le  6 décembre  2010  dans  laquelle  Wade  disait,  au  sujet  de  la   situation ivoirienne, que  : « Laurent Gbagbo aurait dû avoir l’élégance de Abdou Diouf ». La seconde interview est  la  plus  récente. Elle  a  été  accordée  au  Journal  du  Dimanche (JDD)  français  le  25 février  2012. Dans  cette  seconde  interview, Wade  déclare : « je  ne  suis  pas  docile. Je  ne  suis  pas  une  negre  de  service ».  Qu’est  ce  que  le leader et le   jeune  Africain  doivent  retenir  de  cette  actualité ?


 

En  ce  début  de  XXIe siècle, il  y’a  qui  se  croient  encore  père  de  la  nation  comme  Abdoulaye  Wade :« Je suis le président et le père de la nation. » en  plus, ce  sont  les  européens  qui  devraient  savoir  qu’il  est  le  père  de  la  nation. De  quoi  a-t-il  peur  en  parlant  des  européens, lui  qui  était  le  premier  à  se  rendre  à  Benghazi  pour  saluer  et  reconnaitre  le  CNT. Aujourd’hui, il  dit  que  ce  n’est  pas  aux  européens  de  décider : « C’est ce que les Européens n’arrivent pas à se mettre en tête. Ce n’est donc pas aux Européens de décider. »  Car   il sait  que  les : « Français et les Américains cherchent à m’embêter ».  « Ceci  parce  qu’il  n’est  pas  docile  et  n’est  pas  un  nègre  de  service ». Que  faisait-il  à  Benghazi ? Si  ce  n’était  de  faire  comprendre  à  Kadhafi  d’être  un  negre  de  service.


Or  il  a  dit  à  son  confrère  nigérian, olesegun Obasanjo,  en  2006  de  ne pas  briguer  un  troisième  mandat. Ce  dernier  l’a  fait  et  tout  récemment, le  prédécesseur  de  Goodluck Jonathan  a  déclaré  à  ce  propos : « je  ne  l’ai  pas  fait. Il  doit  savoir  aujourd’hui  ce  qu’il a  à  faire». Mais   est-ce  que  Wade  a  vraiment  su  ce  qu’il  avait  à  faire ? Lui  qui  en  2000, arrivait  avec  le  label « sopi »  qui  signifie  changement  en  Wolof, n’a-t-il pas  déçu  plus  d’un  sénégalais  comme  le  montre  l’attitude  des  sénégalais  lors   de  son  arrivée  dans  son  bureau  de  vote ?  N’a-t-il  pas  déclaré  le  6 décembre 2010  à  un  quotidien  burkinabè que : « Laurent Gbagbo aurait dû avoir l’élégance de Abdou Diouf» ? Pourquoi lui à son tour, il n’a  pas  suivi  les  traces  de  son  prédécesseur  en  s’écartant  sans  toucher  la  constitution ?


Malheureusement, au  lieu  de  voir  cette  réalité, il  préfère,  comme  c’est  le  cas  pour  les  perdants  de  voir  les  manipulations  partout : « Ils sont manipulés par des politiciens machiavéliques qui n’oseront jamais mettre leurs propres enfants dans la rue. » « ils »  représente  ici  les  jeunes  qui  manifestaient  dans  la  rue  pour  demander Wade de ne  plus se présenter.  Finalement, partout  en  Afrique, il  y a  cette  mauvaise  pratique  qui consiste à  vouloir  toujours  infantiliser  la  jeunesse. Parce  qu’elle  ne  peut  plus  revendiquer  ce  qui  lui  revient  de  droit :  à  peine, elle le  fait, on y  voit  la  main  des  politiciens. Le  cas  Vanessa  Tchatchou  est  très  explicite  pour  ce  qui  est  du  Cameroun.


Ce  qui  nous  a  davantage  marqué  dans  cette interview  qu’il  a  accordée  au  journal  du Dimanche, c’est  cette  mystique  africaine  consistant  à  se  justifier  prenant  appui  sur  ce  que  ses  prédécesseurs  n’ont  pas  fait. Il  déclare  d’ailleurs, au  sujet  des  délestages : « je  les  ai  hérités  de  mes  prédécesseurs  socialistes » . Au  sujet  des  importations  sans  cesse  croissantes, il  déclare : « j’ai  hérité  d’un  Pays  qui  dépendait  des  importations». Alors  lui, s’il  n’a  rien  fait, au  moins, il  a  mieux  fait  que  ce  qui  était  la  et  le  pays, donc  le  continent  avance  à  pas  de  tortue  ou  « progressivement ». Sans  savoir  que  cet  adverbe  "progressivement"  accentue  l’inertie  et  fait  que  les  leaders  ne  prennent  pas  véritablement  en  compte  la  contrainte  du  temps. Bref c’est  une  manière  de  justifier  son  bilan  même  s’il  est  médiocre  qui  consolide  le  « sur  place ».


La  réalité  du  Sénégal  est  la  même  un  peu  partout  en  Afrique : d’abord  les  constitutions  taillées  sur  mesure  au  rythme  du  prince  président  qui  s’érige  quelque fois  en  président  fondateur  ou  en  père  de  la  nation. Or  cette  pratique  n’est  pas  favorable  à  susciter  davantage  d’adhésion  à  la  politique  et  tout  compte  fait   le  peuple  ne  croit  plus  aux  paroles  politiques, parce  que  même  quand  il  dit : «  je  ne me  présenterai  plus », quelques  temps  avant, il  refait  la  constitution  avec  une  assemblée   qui lui  est  majoritaire. Pourquoi  ne  pas  faire  un  referendum ?  ça  a  été  le  cas en  2008  au  Cameroun  et le  père  d’Etoudi  a  été  réélu  en  2011. C’est  aussi  le  cas  au  Burkina  Faso. Bref  la  réalité  du  Sénégal  peut  s’appliquer  dans  plusieurs  pays  africains.


En  plus, il  faudrait  que  nous  africains  comprenions  que  la  main  de  l’autre  n’est  pas  partout  et  que  si  en  définitive  l’occident  met  sa  main, c’est  après  que  les  leaders  locaux  aient  eu ras-le-bol. Ce  sont  les  occidentaux  qui  ont  amené  les  jeunes  du  M23  et  Y-en –a marre  à  aller  dans  la  rue ? Ce  sont-eux  qui  ont  dit  aux  sénégalais  de  huer   Abdoulaye  Wade  dans  son  Bureau ? Il  faut  qu’on  cesse  d’infantiliser  la  jeunesse  africaine, en  disant  que  tout  ce  qu’elle  fait, elle  est  soit  manipulée  par  les  politiciens  ou  de  l’extérieur  parce  que  cette  jeunesse  a  des  rêves  et  des  aspirations  qu’elle  aimerait  réaliser. Alors  si  elle  est  dans  un  système  qui  l’empêche  de  rêver, c’est  clair  qu’elle  voudra  faire  des  pieds  et  des  mains  pour  réaliser  ses  rêves. Au  lieu  de  dire : « ils  sont  manipulés », « ils(occident)  ne  veulent  pas  que  je  reste », il  serait  bien  pour  les  leaders  africains  de  se  demander : «  Que  veulent  ces  jeunes ?  Que  me  demandent-ils?  Quel  contrat ai-je  signé  avec  eux ?  Est-ce  un  contrat  de  tromperie  ou  de  duperie  que  j’ai  signé  avec  ces  jeunes  qui  représentent  le  futur  de  ce  monde ? »


 voila  les  questions  qu’il  faut  se  poser  de  la  part  des  leaders  actuels  non  seulement  pour  aider  la  jeunesse  à  entrer  véritablement  en  possession  de  son  futur  à  travers  une  insertion  socio-économique  et  politique  véritable, mais  aussi  pour  qu’eux  mêmes  entrent  dans  l’histoire  comme  étant  ceux  qui   n’ont  pas  été  hédonistes  mais  qui  se  sont  souciés  pour leurs  cadets  et  ont  eu  à  cœur  de  laisser  un  Héritage  aux  enfants  de  leurs  enfants. Ainsi  la jeunesse pourra  « se  tenir  debout »  en  utilisant  le  verbe  « être »  afin  de  « maitriser  l’avenir  qui  la  provoque ».

                                                                                                                                            

                                                                                               TADAJEU  KENFACK  ULRICH



05/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres