L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

Déchristianiser ou « Repenser la théologie en Afrique » ?

 

Dans ce billet, je me questionne sur le faux débat autour de la religion en présentant des exemples de libération à travers le message divin plus proche de nous. J’invite par ailleurs les Africains à se questionner sur une possible « repensée » de la théologie en Afrique au détriment de la « déchristianisation » comme certains le veulent actuellement.

 

La semaine dernière a été riche pour mois à la fois sur le plan idéel ou théorique. Sur le plan idéel, j’ai compris une des raisons pour lesquelles notre continent ne cesse de plomber. Plusieurs personnes sont encore plongées dans des faux débats sur la chrétienté ou non. Sur le rejet de l’Eglise et sur la responsabilité des paroles divines et du christianisme dans l’asservissement des peuples en assimilant d’ailleurs l’attitude de conversion du Christ à celle de la domination coloniale. Pour conclure, selon l’avis de ces derniers et comme c’est devenu la règle chez un certain nombre d’entrepreneurs intellectuels africains se disant savant, panafricaniste, il faut « tuer » et « bannir » ces religions. Erreur !

 

9782845863743.jpg

l'ouvrage remarquable du théologien de regretté mémoire Jean Marc Ela

 

Au XXIème siècle, quelle est le véritable combat de l’Afrique ? Est-ce le message divin ? Est-ce des intérêts particuliers qui se sont servis du message divin pour aliéner des peuples ? Est-ce même la religion ? Faut-il forcément rompre avec ces religions alors que l’heure est venue pour nous de nous les approprier afin de les redéployer à notre guise ? Au lieu de « déchristianiser » l’Afrique, ce qui apparait impossible, ne faut-il pas simplement « repenser » la théologie en Afrique en fonction des défis de ce continent ? C’est vrai et c’est le drame pour certains qu’à certaines périodes de l’histoire des groupes religieux ont été de mèche avec les dominateurs en encourageant des pratiques contradictoires au message divin. Mais faut-il partir de là pour jeter en pâture le message divin ? Je n’en suis pas sûr. D’abord parce que le message divin regorge des recommandations axées essentiellement sur le vivre ensemble, sur l’Amour du prochain, l’entraide et surtout l’aide au pauvre. Il n’encourage pas la paresse. Bien au contraire, il invite au travail intense pour multiplier ses talents et manger à la sueur de son front.

 

Ensuite, plusieurs territoires se sont servis de ce message pour formuler des styles nouveaux de théologie qui ont sous-tendu des mouvements de résistance, d’émancipation et de libération. Parmi ces styles nouveaux de théologie, nous avons la « théologie de la libération » en Amérique Latine. Née au début de la décennie 1970 à l’initiative de prêtres latino Américains dont notamment le Péruvien Gustavo Gutierez, les brésiliens Hugo Assmann et Frei Betto et aussi certains Uruguayens, Costa riciens et Chiliens, ce mouvement s’attèle à mettre la parole de Dieu au service des sociétés dans lesquelles elle se déploie. Parmi les thématiques fortes, il y’a la solidarité, une lecture de la bible dans l’optique de la libération de la domination… Dans cette optique, le message divin est redéployé sur un terrain dominé par la puissance impériale et néolibérale américaine avec des coups d’Etat à n’en plus finir. Comment se servir de ce message pour résister à la domination et libérer un peuple ? La situation actuelle des pays comme le Brésil et l’Argentine montre que cette forme nouvelle de pratique chrétienne a eu un impact positif sur la religion en Amérique Latine et de fil en aiguille sur le développement. 

 

Plus proche de nous, les idées remarquables du théologien camerounais Jean Marc Ela. Après avoir séjourné dans la partie septentrionale du Cameroun plus précisément à Tokombéré, il produit un ouvrage phare intitulé le Cri de l’Homme Africain dans lequel il se demande comment envisager le message chrétien dans des sociétés où règne la pauvreté ? Dans cette optique, il reconnait l’importance du message divin mais propose des formes nouvelles pour annoncer ce message en prenant en compte la particularité sociale, culturelle, économique et politique de ce continent.

 

Enfin et c’est ce qu’on ne dit jamais assez, le christianisme fait de plus en plus de la lutte contre certaines tares de l’Afrique son cheval de bataille. Parmi ces combats, il y’a celui de l’éducation, de la santé, de la rééducation et réinsertion sociale (milieu carcéral, réfugiés…). Beaucoup de personnes font très vite de salir l’image de l’Eglise, du Christianisme en s’appuyant sur les pasteurs pédophiles, sur les détournements d’argent et autres. Ils ne s’attardent jamais sur les actions remarquables de ces congrégations religieuses dans l’éducation, le maintien de la bonne santé des populations. Bref, on en a besoin encore que lorsque vous vous rendez dans un de ces hôpitaux ou une de ces écoles, personne ne vous contraint à changer de religion ou à devenir Chrétien.

 

Ces exemples et ces permanences montrent à juste titre que le problème ne se pose pas en Afrique en termes de « déchristianisation » du continent pour revenir à une religion Africaine initiale dont on ne sait si en elle-même, elle sera bénéfique pour notre continent. Mais, le problème est de savoir si la théologie, la religion telle qu’elle est pratiquée en Afrique peut-elle permettre à ce continent de répondre aux questions qui se posent à elle depuis son accession à l’indépendance ? Autrement dit, une théologie pour la libération ou une théologie pour la domination. Le message divin penche par essence pour la première hypothèse. Et on y observe une grande similitude avec les valeurs de respect, d’obéissance, d’amour et de solidarité présentes dans nos sociétés africaines. En ce sens, les Africains doivent changer de terrain de lutte pour embrasser des luttes réalistes et bénéfiques pour le continent. L’une de ces luttes sera celle de participer au réel syncrétisme religieux entre les pratiques religieuses étrangères assez intéressantes et les pratiques religieuses locales, elles aussi, intéressantes. Car la seule finalité doit être de faire le bien dans son entourage et pour son continent.

It’s Possible !

 

NB : « Repenser la Théologie en Afrique est le titre d’un ouvrage de Jean Marc Ela



13/08/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres