L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

CAMEROUN : LA MARCHE VERS LA REUNIFICATION.

Nous publions, avec quelques modifications, le billet que nous avons publié, il y'a un an jour pour jour. Il sera suivi d'un second billet en signe d'appel à la jeunesse Camerounaise.

 

 

 

 

Monument de la Réunification à Yaoundé.

 

1er octobre 1961- 1er  octobre 2012: 51 ans  déjà  que  les  deux  Cameroun divisés  le 4 mars 1916 entre  la  France  et  l’Angleterre devinrent  une  fédération  ou  mieux  un  Etat  fédéral  suite  à  la  réunification fruit  du  déploiement  de  plusieurs  acteurs  politiques  tant  du  Cameroun  britannique  que  du  Cameroun  français. Cet anniversaire,  pas  assez  médiatisée  comme  celle  du  cinquantenaire  de  l’indépendance,  nous  donne   l’occasion  de  revenir  sur  les  grandes  motivations  ayant  animé  les  uns  et  les  autres  et  qui  auront  permis  d’unifier  à  nouveau  ce  qui  fut  divisé  et  séparé  par  les  colons. Il  est  question  pour  nous  de  revisiter  ici  les  grands  moments  ayant  conduit  à  cette  réunification.

 

La  réunification  est  le  fait  de  réunifier   et  réunifier  suppose  unifier  ou  unir  à  nouveau  ce  qui    a  été  divisé  et  séparé  pour  des  raisons  quelconques. C’est  le  cas  du  Cameroun. Protectorat  allemand  depuis  1884, le  Cameroun  est  divisé  et  partagé  entre  la  France  et  l’Angleterre  le  4 mars  1916  suite  à  la  première  guerre  mondiale  qui  voit  la  défaite  de  l’Allemagne. Cette  division  et  ce  partage  ont  été  acceptés  et  légalisés  par  l’instance  qui  en  avait  les  pleins  droits  à  savoir  la société  des  nations (SDN). C’est  de  ce  fait   que  les  deux  entités  territoriales  évoluèrent  en  rang  dispersé dans  des   systèmes  d’administrations  quasiment  opposés. C’est  pour  répondre  à  ce  précédent  historique  que  les  nationalistes  upecistes et  leurs  camarades  du  southern  cameroon  entreprirent  de  nombreuses  tractations  pour  permettre  au  Cameroun  de  recouvrer  son  intégrité  territoriale et  son  unité  d’antan. Comme  pour  l’indépendance, l’union  des  populations  du  Cameroun(UPC)  menée  par  Ruben  Um Nyobe  dominait  la  scène.  Les   choix du « Mpodol »  et  de  son  parti peuvent  avoir  été  motivés  par  quelques  éléments:  d’abord  permettre  aux  camerounais  d’être  à  nouveau  unis  comme  avant  1916  d’où  l’usage  par  les  upecistes  du  terme  « Kamerun » avec  «  K »  et  non  « Cameroun ». Laquelle  unité  à  travers  la   réunification  serait  un  préalable  à  l’indépendance  car  il  ne  fallait  pas  aller  chercher  l’indépendance  en  rang  dispersé  puisque  les  frères  séparés  en  1916 doivent,  ensemble, revendiquer  l’indépendance[1].  Cette  volonté  se manifesta  par  les  nombreuses rencontres   entre  les  upecistes  d’un  coté   et  les  partisans  de  la  réunification  du  coté  britannique notamment  le  CNF(cameroon  national  fédération) de  l’autre. C’est  d’ailleurs  avec  ces  derniers  que  l’UPC   eut  une  première  rencontre  en  1949  à  Kumba. Mais  comme  le  montre  le  professeur  Abwa  dans  l’ouvrage  cité  plus  haut, il  y eut  une  opposition  idéologique  entre  les deux  parties  sur  la  période  ou  la  date  de  la  réunification : d’un coté,  on  a  l’UPC  qui  veut  une  réunification  immédiate  et  de  l’autre, il  y a  la  partie  occidentale  menée  par  le CNF  qui   veut  une  réunification  après  quelques  temps  pour  qu’eux  aussi, ils  atteignent  un   niveau  de  developpement  semblable  à  celui  du  Cameroun  français. D’autres  rencontres  eurent  lieu  par  la  suite  dans  les  années 1951 et  1952. Celle  de  1951  eut  lieu  entre  Abel Kingue, Ernest ouandie  du  coté  oriental  et  de  l’autre, JFK Dibongue  et  NM Mbile  à  Kumba. Elle  se  manifesta  aussi par une  opposition  entre  les  deux  parties  sur  les  moyens  à  adopter  pour  parvenir  à  une  telle réalisation. Les  upecistes  prônaient  et  voulaient  l’usage  de  moyens  violents  tandis  que  de  l’autre  coté  les  occidentaux  voulurent  l’usage  de  moyens  pacifiques. Enfin  la  dernière  rencontre qui eut  lieu en 1952  fut  plus  décisive  et  aboutie car  les  upecistes  y  donnaient  leur  point  de  vue  sur  la  Réunification. Parmi  ceux-ci, on  pouvait  remarquer  la  présence  du  Mpodol Ruben Um Nyobe  et  d’Abel  Kingue  et  de  l’autre  coté  ce  fut  le  KUNC(Kamerun United  national  congrès) avec  pour porte  parole Nde  Ntumazah. A  la  fin  des  assises,  on observa  des  upecistes  très  soucieux  de  la  réunification  notamment  à  travers  cette  phrase,  en  pidgin  d’Abel  Kingue,  rapportée  par  Nde  Ntumazah  et  que  le  professeur  Abwa  reprend  dans  son  livre  à  la  page  368 : « Independence  and  unification  dey  like  soup  with  achu  fufu. For  get  independence  now  and  get  unification  tomorrow  idey  like  for  tchop  achu  today, drink  soup  tomorrow. The  two  must  go  the  same  time.»  Cette  métaphore  est la  preuve  de  ce  que  les upecistes  pensaient  de  la  réunification. C’est  vrai  que  comme  pour  l’indépendance, ces  nationalistes  ne  purent  goutter  aux  délices  de  cette  grande  œuvre  républicaine  et  citoyenne  mais  ils  se  seront  battus  corps  et  âmes  au  point  de  mourir  pour   cette  œuvre. Cette  bataille  permit, même  pour  des  raisons  personnelles[2],  aux  nouvelles  autorités  c’est  à dire  Ahmadou  Ahidjo,  soutenu  par  la  France  de  parachever  la  réunification.

Qu’est  ce  qui  a  motivé  Ahmadou  Ahidjo  très  opposé  aux  upecistes  à  continuer   cette  entreprise  républicaine  et  salutaire ? Avait-il  les mêmes  motivations  que  Ruben  Um  Nyobe ? Ou  alors  il  voulait  détenir  assez  de  pouvoir ? A  ces  questions, tous  les  historiens  et  politologues  que  nous  avons  consultés  sont  unanimes  sur  le  fait  qu’à  la  différence  de  Um Nyobe, les  raisons  de  cet  empressement  et  de  cette  appropriation  de  la  Réunification  par  Ahmadou  Ahidjo  étaient  plus  liées aux  appétits  personnels  de  ce  dernier. C’est  normal,  selon  célestin  Bedzigui , dans  la  mesure  où  l’opposition  entre  «upécistes et  Afabistes»[3]  fit  que  ces  derniers,  pourfendeurs  des  nationalistes,  voulurent  s’approprier  leur  programme  afin  de  les  décrédibiliser  vis-à-vis  du peuple. Le  professeur  Abwa  parle  à  ce  propos  d’un  « hold-up »  d’Ahmadou  Ahidjo  afin  d’éliminer   l’UPC  du  bénéfice  de  la  réunification  dont  il  se  bat  depuis  1948[4]. Toutes  ces  motivations  devaient  permettre  au président  de  maximiser  son  pouvoir  autoritaire  et  de  le  centraliser[5]. Cela  dit  ces  motivations  du  président  Ahidjo  lui  permirent  de  mener, en  concertations  avec  les  leaders  du  Cameroun  occidental, un  ensemble  d’actions  parmi  lesquelles  les  conférences  devant  mener  les  deux  territoires  à leur  statut  d’antan.

 

Plaque de commemoration de la Réunification du Cameroun.

 

 Au   nom  de  ces  actions, nous citerons les  conférences  tripartites  et  bipartites  entre  les principaux  acteurs  que  sont  le  Cameroun  oriental,  indépendant  et  le  Cameroun  occidental,  encore  sous  colonisation accompagné de  sa  puissance  tutrice,  l’Angleterre. Les  deux  moments  forts  de  ces  tractations  furent  certainement  le  plébiscite  du  11 février 1961  et  la  conférence  de Foumban  de juillet  de  la  même  année. Mais,  entre  le  plébiscite  et  la  conférence, il  y eut  de  nombreuses  rencontres  comme  nous  l’avons  annoncé.  En  ce  qui  concerne  le  plébiscite, suite  à  la  résolution  1352(XIV) du  16 octobre 1959, les  Camerounais  de  la partie  occidentale  devaient,  pour   leur  indépendance, choisir  entre : « une  indépendance  en  se rattachant  à  la  fédération  du  Nigeria  indépendant  ou  l’indépendance  en  s’unissant  avec  la  République  indépendante  du  Cameroun.»[6]  Suite  à  ce  plébiscite, les  populations  du  southern  Cameroon  choisirent  à  233 371 voix  contre  97 741 de   rallier  le  Cameroun  et  le  northern  cameroon  de  cette  même  partie  occidentale  du  Cameroun   choisit  de  rallier  la  fédération  du  Nigeria. Ainsi  amorcé, il  fallait  préparer  techniquement  la  mise  en  place  de  ce nouvel  Etat  fédéral  et  ce  fut  l’objectif  des  nombreuses  conférences  et  rencontres. C’est  important  de  rappeler  que  ces  débats  furent  traversés  par  de  nombreuses  oppositions  entre  les  principaux  acteurs   notamment  entre  Ahmadou  Ahidjo  du  Cameroun  Francophone(Oriental)  et  John Ngu  Foncha  du  Cameroun  Anglophone (Occidental).

Selon  le  professeur  Abwa, Ahmadou  Ahidjo, pour  les raisons  évoqués  plus  haut,  voulait  une  fédération  avec  un  pouvoir  central  fort  qui  n’était  qu’une  étape  transitoire   pour  un  Etat  Unitaire  tandis  que  John  Ngu  Foncha,  de  son  coté,   voulait  une  fédération  avec  un  pouvoir  central  faible. C’est  au  cours  de  la  rencontre  bipartite de  Yaoundé  du  22 au  24  mai  1961  qu’ils  discutèrent  davantage  de  leurs positions  respectives  et,  au  sortir  de  cette  rencontre,  le  leader  du  Cameroun  occidental  décida de  rentrer  avec  le  texte  de  son  confrère  du  Cameroun  oriental  afin  de l’examiner  minutieusement. La  seconde rencontre  fut  plutôt  tripartite  dans  la  mesure  où  en  plus  de Ahmadou  Ahidjo  et  John  Ngu  Foncha,  elle  impliqua  un  troisième  acteur,  la  délégation  britannique  encore  puissance  coloniale  du  Cameroun  occidental. Cette  rencontre  tripartite  se  tint  à  Buea  du  14  au  17 juin  1961  avec pour  objectif  de préparer  le  transfert  des  compétences   de  la  puissance  tutrice   à  l’Etat  camerounais.  Les  choses  se  précisaient  mais  il  restait,  pour  la  partie  occidentale,  de  trouver  un  consensus  sur  un  certain  nombre  de  point  pour  se  rendre  à  Foumban. C’est  fort  de  cela  que John  Ngu  Foncha  en  sa  qualité  de  leader  du Cameroun  occidental  organisa  une  conférence    des  délégués  de  cette  partie  pour  qu’ils  se  mettent  d’accord  sur  la  posture  qu’adoptera  leur  entité  lors  de  la  conférence  de  Foumban. Elle  eut  lieu  en  fin  juin  1961 et  à  VJ Ngoh  de  dire  qu’elle devait  « décider  de  l’avenir  constitutionnel  du  sud  dans  le  cadre  de  la  réunification avec  la  République  du  Cameroun.»[7] Ces  délégués  abordèrent  au  cour  de  cette  rencontre  des  sujets  tels  que  le  mandat  du  président, les  langues  officielles, l’ordre  judiciaire  et  l’éducation. Ils  décidèrent  par  exemple  que  la  future  capitale  du  Cameroun  serait   Douala  et  que  les  deux  langues  officielles  seraient  le  Français  et  l’anglais. Ceci  dit  la  délégation  du  Cameroun occidental  devait  se  dire  prête  pour  cette  conférence  mais  c’était  sans  savoir  le  sérieux  handicap  dans  lequel  leur  leader  les  avait enfouis   en  refusant  de  débattre  et  d’examiner  la  lettre  que  lui  avait remise Ahidjo  lors  de  la   rencontre  de  mai 1961. Ce  fut  un  handicap  dans  la  mesure  où  ces  délégués  se  rendirent  à   Foumban  sans avoir  pris  connaissance  du  point  de  vue   du  Cameroun  oriental  en ce  qui  concerne  la  Réunification. L’autre  handicap  de  la  délégation  occidentale  fut  le  manque  de  soutien  britannique  vis-à-vis  des  occidentaux  comme  le  démontre  bien  le  professeur  Abwa  dans  son  ouvrage  cité  plus  haut. Du  coté  oriental  qui  avait  la  charge  de  l’organisation, le  décor  était  planté   par  les  soins  du  ministre  des  affaires  étrangères   Charles  Okala  pour  que  la  rencontre  de  Foumban  soit  une  réussite  totale.

 

La  conférence  constitutionnelle  de  Foumban  se  tint  du  17  au  21  juillet  1961  et  pour  l’historien  Daniel  Abwa, le  choix  de  cette  ville  fut, pour  Ahidjo,  stratégique. L’objectif  de  la  conférence  était  de  poser  les  bases  des  structures  juridiques  du  futur  Etat  fédéral. On  assista  donc  à  des  débats  houleux entre  les  deux  parties  sur  les   institutions, le  social  et  bien  d’autres.  Ces  débats  se  faisaient  entre Ahmadou  Ahidjo et  sa  délégation  et  John  Ngu  Foncha  et la  sienne. Ces  derniers  sortiront  tout  de  même  perdants  dans la  mesure  où  la  plupart  de  leurs  propositions  importantes  ne  furent  pas adoptées  et  confirment  ce  point  de  vue  du  chercheur  Jean Claude Tchouankap : « …elle (conférence  de  Foumban) visait  à  phagocyter  l’ex Cameroun  Méridional  conduit  par  John  Ngu  Foncha.»[8]

 

Concernant  le  président  par  exemple, contrairement  à  ce  que  voulaient  les  occidentaux, ce  fut  le  président  de  la  République  du  Cameroun  qui  devint  président  de  l’Etat  fédéral  et  John  Ngu  Foncha  premier  ministre  du  Cameroun  occidental  devint  vice-président  de  l’Etat  fédéral. Ça  a  été  aussi  le  cas de  leur  volonté  de  voir  Douala  devenir  capitale  du  Cameroun, c’est plutôt Yaoundé  qui en devint.  Ces  exemples  justifient  les  motivations  hégémoniques  du  président  Ahidjo, la  «phagocytose»  dont  parle  Jean Claude  Tchouankap  et  la  «maximisation»  des  pouvoirs  dont  fait  allusion Jean  François  Bayart.  C’est  aussi  au  cours  de  cette  conférence  que   la  constitution de  l’Etat  fédéral  fut  adoptée  alors  que  les  derniers  réglages  furent  renvoyés  à  la  rencontre  d’août  à  Yaoundé. Cette  constitution  était  en  quelque  sorte  la  transposition  de  la  constitution  du  Cameroun  oriental adopté  en  Février 1960. Après  cette  rencontre, tous  les  problèmes  ayant  été  évacués, les  réglages  faits, il  fallait  parafer  l’acte officiel.

 

 Raison  du  voyage  de  Ahmadou Ahidjo  en  terre  Anglophone  plus  précisément  à  Buea  le  30  septembre  1961  où  il  scella  avec  les  autorités  britanniques  l’accord  pour  la  Réunification  et  ces  autorités  lui  transférèrent  constitutionnellement  la  souveraineté  du  sud  Cameroun en   sa qualité  de  chef  de  l’Etat. Ainsi  le  lendemain 1er  octobre  1961, le  Cameroun occidental   fut  proclamé  indépendant  et  réunifié au Cameroun Oriental conformément  au  résultat du  plébiscite  du  11 février 1961 .

 

C’est  donc  cela  que  nous  célébrons aujourd’hui. Une  célébration  de  très  grande  importance  dans  la  mesure  où  c’est la  restauration de  ce  qui  nous  avait  été  volé  le  4 mars 1916 et  le  fruit  du  dur  labeur  de  certains  nationalistes  comme  Ruben  Um Nyobe qui  ont payé  de  leur vie.  C’est  de  ce fait  une  célébration  de  grande  envergure  qui  devrait  renforcer  en   nous  le  goût  et  le  désir  de  vivre  ensemble  et  stimuler en nous  l’adhésion  au  concept  de  l’union  sacrée  pour  le  bénéfice  républicain  et  citoyen.

 

Au  terme  de  cette  contribution  que  nous  nous  faisons  le  plaisir  de  qualifier  de  Citoyenne  et  Républicaine, nous  disons  que  la  marche  vers  la  réunification  ne  fut  pas  un  long  fleuve  tranquille pour  le  Cameroun. Elle  fut  menée  aux  premières  heures  par  les  nationalistes  upecistes  soucieux  de  restaurer  l’unité  d’antan  d’où  l’emploi  récurrent  de «Kamerun». Mais,  traqués  par  les  colons, ils  prirent  la  fuite  et  les  «AFABISTES»  avec  aux  commandes  Ahmadou Ahidjo, l’affidé  des  colons, se  chargèrent   de  continuer  cette  entreprise  mais  avec  des  motivations  différentes  que  nous  pouvons  qualifier  d’égoïstes  et  de  dictatoriales. Tout  comme  l’indépendance, les  principaux  inspirateurs  du  mouvement de Réunification n’ont  pas  savourer  les  délices  de  leur  dur  labeur. Ce  qui  suscite  en  nous  un chapelet  d’interrogations : d’abord  n’aurait-il  pas  été mieux  que  l’Union  des  Populations  du  Cameroun(UPC)  parvienne  à  cette  réunification  quant  on  sait que  leurs  motivations  étaient  assez  bénéfiques   pour  le  peuple  et  que  leur  conception  de  la  réunification  et  de  l’indépendance  l’en  était  davantage ? pouvons-nous,  cinquante une  années  après,  parler  d’une  réelle  réunification  c’est  à  dire  une  réelle  volonté  de  vivre  ensemble  entre  ces  deux  composantes  de  notre  pays ? Aurait-il  été  mieux  pour  les  camerounais  des  deux  parties  de  garder  leur  statut  colonial  puisqu’ils  avaient  été  divisés  pendant  plus  de  40  ans  encore  que  les  systèmes  d’administration  étaient  assez  opposés et  donc  n’envisageaient  peut-être  pas    le  future  de  la  même  manière ? 

 

Notes.

[1] D. Abwa, Cameroun histoire  d’un  nationalisme:1884-1961, Yaoundé, éditions  CLE, 2010, P.367

[2] Ces  raisons  personnelles  sont  évoquées  par  plusieurs  auteurs. Jean  François  Bayart  dans  l’état  au  Cameroun  parle  d’un  Ahidjo  qui  veut  maximiser  le  pouvoir  et  le  centraliser  afin  d’avoir  une  hégémonie  importante  sur  la  population. Tandis  que  Jean  Claude  Tchouankap pense  que  cette  raison  fut  de  phagocyter  l’ex Cameroun  britannique  conduit  par  John  Ngu  Foncha. 

[3] C. Bedzigui, « une phase  de  la  mère  des batailles : Upecisme versus Afabisme » in  le messager  n° 3103  du  mercredi  19 mais  2010.P 8

[4] D. Abwa, Cameroun histoire  d’un  nationalisme:1884-1961, Yaoundé, éditions  CLE, 2010, P.375

[5] JF. Bayart, l’état au  Cameroun, paris, presses  de  la  fondation nationale  des  sciences  politiques, 1985.P 99

[6]   VJ, Ngoh. Cameroun 1884-1985 : cent  ans  d’histoire, Yaoundé, CEPER, 1990.P.191

[7] Ibid.P197

[8] JC Tchouankap in Le messager n°3394  du  lundi 25  juillet 2011 avec  pour  une : « Réunification : que  reste-t-il  de  la  conférence  de  Foumban ? » P.5

 

 

 

 

                           REFERENCES  BIBLIOGRAPHIQUES

Abwa D., Cameroun histoire  d’un  nationalisme:1884-1961, Yaoundé, éditions  CLE, 2010.

Bayart. JF, l’état au  Cameroun, paris, presses  de  la  fondation nationale  des  sciences  politiques, 1985.

Meyomesse. E, le  carnet politique  de  Ruben  Um Nyobe 1952-1958, Yaoundé, éditions du Kamerun, 2008.

Ngoh. VJ, Cameroun 1884-1985 : cent  ans  d’histoire, Yaoundé, CEPER, 1990.

Rapport Afrique n°160 du  25 mai 2010 de  International crisis group : « Cameroun : un état  fragile ? ».

Bedzigui. C, « une phase  de  la  mère  des batailles : Upecisme versus Afabisme » in  le messager  n° 3103  du  mercredi  19 mais  2010.

Le messager n°3394  du  lundi 25  juillet 2011 avec  pour  une : « Réunification : que  reste-t-il  de  la  conférence  de  Foumban ? ».

 



01/10/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres