L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

18 FEVRIER 1958 : AHIDJO DEVIENT LE PREMIER MINISTRE DU CAMEROUN FRANCAIS

Ils  sont  nombreux, ces jeunes  compatriotes  qu’est ce  que  je  dis  ces  compatriotes  puisque  je  suis  aussi  jeune  qu’eux  qui  ne  connaissent  pas  à  quoi  renvoie  cette  date du  18 février. Excusez moi  mais  mes  enseignants  que  je  remercie d’ailleurs  ceux  du  département d’histoire de  l’université  de  dschang  ont  appris  à  développer  en moi  un  esprit  historique  et  l’esprit  historique  c’est  celui  qui lorsqu’il  écoute  une  date  il  se  questionne. Cela  a  été  le  cas  pour  moi  mercredi  dernier, j’ai  écouté  la  date  du  18  février  à  la  radio. C’était  probablement  un  rendez-vous  radiophonique  et  tout  de  suite, l’année  1958 m’est  revenue  à  l’esprit  et  ça  m’a  inspiré  ces  quelques  mots  pour  présenter  aux  camerounais  et  africains  ce  moment  particulier  de  l’histoire  du  Cameroun  qui  est  quand  même  la  première  transition  politique  à  la  tête  de  notre  état  encore  sous  le  régime  de  l’autonomie  interne  lancée  par la loi  cadre Gaston  déferre. En commémoration du 54 eme  anniversaire  de  cette  première  transition, je  vous  propose  cet  article sur  le  contexte  de  la  transition, les  acteurs, les  enjeux  et   le  destin  qu’allait  prendre notre  cher  et  beau pays, le  Cameroun. Contexte  oblige, il  nous  est  difficile  de  mettre  la main  sur  un  historien  pour  une  interview  sur  ce  sujet. Mais  très prochainement, nous  ferons  l’interview  et  nous  publierons  sur  la  toile.

Le  premier  acteur  de  cette  transition  est  André  Marie  Mbida. Cet  homme  politique  des  premières  heures  du  Cameroun  est  né  le  premier  janvier  1917  et  a  été  élu  député  à  l’assemblée  nationale  française  en  1952. Ce  fut  sous  le  régime  de  l’union  française  datant  de  1946. Mais  le  moment  le  plus  passionnant  de  son  parcours  politique  aura  été  sa  présence  au  sein  du  gouvernement  en  tant  que  premier  premier  ministre  du  Cameroun.  En  effet  suite  à  l’autonomie  interne, le  Cameroun  devient  en  1957 à  travers  le  décret N°57-501  du  16 avril 1957 un  Etat  sous-tutelle et  l’ATCAM devient  l’ALCAM  avec  un  nouveau  bureau  élu  ayant  à  sa  tête Ahmadou Ahidjo. Par  la  suite  en  mai  1957, André  marie  Mbida  devient  le  premier  ministre  du  Cameroun. Il  faut dire  qu’a  cette  période, il  est  un  militant  du  Bloc  Démocratique   camerounais  et  est  aussi  un  chrétien  catholique. Le  rappeler  serait  assez  important  car  même  pendant  la  decolonisation, l’église  catholique  a  joué  un  Rôle  assez  important  dans  l’opposition  vis-à-vis  des  Upecistes. Alors  l’obédience  religieuse  de  André Marie  Mbida  proche  de  celle  de  Louis  Paul Aujoulat, fondateur  des  hôpitaux  Ad Lucem  était  un  gage  pour  l’administration  française. C’est  dans  cette  logique  que  André  Marie  Mbida  forma  le  premier  gouvernement  du  Cameroun  comprenant  quinze  membres   donc  dix ministres  et  cinq  secrétaires  d’état. Des  cet  instant, le  gouvernement  français  a  des  interlocuteurs  avec  qui  ils  peuvent  conduire  le  Cameroun  vers  l’indépendance  selon  leur  convenance. Rien  ne  s’y opposait  puisque  André  marie  Mbida  était  acquis  à  leur  cause. Mais  qu’est ce  qui  explique  que  cet  amour  soit  rompu  quelques  mois  plus  tard ? plusieurs  historiens  s’y  sont   essayé  pour  permettre  la  compréhension  de cet  acte  politique  et  de  cette  transition. Même  si  certains  ont  remonté  les  tares  de  Mbida  u  peu  plus  loin  dans  le  temps, ils  arrivent  tous  à  la  conclusion  selon  laquelle une  opposition  criarde  se  faisait  entre  André  marie  Mbida  et  la  Métropole. Mais  avant  d’y  arriver, revenons  sur  Ahmadou  Ahidjo.

 Il  s’agit  du  Ahmadou  Ahidjo  qui  n’est  pas  encore  Président. En  effet  ce  jeunes  camerounais  à  l’heure  des  faits  décrits ici  est  né  le  24 aout 1924. Il  est  élu  à  l’assemblée  territoriale  en  1947. Il  a  alors  23  ans. Mais  il faut  dire  que  Ahmadou  Ahidjo  n’est  pas  issue  de  la  bourgeoisie  ou de  l’élite  et  est  devenu  président  de  l’assemblée  législative  en  1957.  Mas  revenons  su  1947  car  à  cette  époque, il est  le  plus  jeune  parlementaire  camerounais. Car  en  1948, celui  qui  allait  devenir  le  président du  Cameroun  prononça  à  Garoua  son  premier  discours  public  accueillant   le  ministre  de  la  France  d’outre-mer, Paul Coste-Floret  et  le  discours  est  déjà  significatif : « Vive la  France ! vive le  Cameroun Libre ! » après  la  première  législature  de ‘assemblée  nationale  française  et  de  l’ARCAM  qui  s’achève  en  1951, Ahmadou  Ahidjo  consolide et  est élu  en  1953  à  l’assemblée  territoriale  du  Cameroun(ATCAM). Il anime  de  ce  fait  la  vie  politique  camerounaise  mis  selon  certains  ce  fut  une  créature  politique  de  la  France  qui  l’a  fait  quitter  de  zéro  pour  devenir  un  héros. Peu  importe, il  faut  tout  de  même  se  dire  que  Ahmadou  Ahidjo  continua  sa  croissance  et  sa  montée  politique  ne  cesse  et  en  1957, c’est  la  consécration  avec  une  élection  en  1957  à  la  tête  de  l’ALCAM. Alors  le  destin  du  Cameroun  qui  est  confié  à  André  Marie  Mbida  changera  quelques  mois  plus  tard  pour  plusieurs  raisons.

Revenons  sur  la  question  posée  plus  haut  pour  embrayer  sur  les  raisons  de  cette  rupture  et  donc de  la  consécration  de  Ahmadou  Ahidjo. qu’est ce  qui  explique  que  cet  amour  soit  rompu  quelques  mois  plus  tard ? plusieurs  historiens  s’y  sont   essayé  pour  permettre  la  compréhension  de cet  acte  politique  et  de  cette  transition. Même  si  certains  ont  remonté  les  tares  de  Mbida  un  peu  plus  loin  dans  le  temps, ils  arrivent  tous  à  la  conclusion  selon  laquelle une  opposition  criarde  se  faisait  entre  André  marie  Mbida  et  la  Métropole.  Parmi  les  raisons  que  nous  pouvons  évoquer, il  y a  la  rupture  entre  André  Marie  Mbida  et  la  métropole. A la  différence  de  ceux  qui  pensent  que  André  Marie  Mbida  était  un  anti  français,  les  historiens  s’y  opposent. Ils  montrent  d’ailleurs  que  c’est  peu  être  parce  qu’il  était  trop  français  qu’il  y’a  eu  une  rupture. En  effet  le  premier  premier  ministre  du  Cameroun  était  en  quelque  sorte  opposé  à  l’idée  d’indépendance  ou  du  moins,  il  pensait  que  cette  indépendance  allait  avoir  lieu   à  une  échéance  assez  longue. Or le  contexte  de  l’empire  colonial  français  est  assez  critique  et  l’idée  de  la  France  par  rapport  à  l’indépendance  a  évolué. Il  y’a  eu  la  défaite  de  Dien Bien Phu  de  1954, le  déclenchement  de  la  guerre  en  Algérie , le  déclenchement  de  la  rébellion  upeciste  au  Cameroun. Tous  ces évènements  ont  en  quelque  sorte  modifié  la   position  de  la  France  par  rapport  à  l’indépendance  et  plus  que  par  le  passé  il  fallait  accepter  l’idée  d’une  indépendance  avec  des  nationalistes  raisonnés. Or  André  Marie  Mbida  s’oppose  à  ce  choix  en  pensant  qu’il  est  judicieux  d’attendre. C’est  donc  pour  lever  l’hypothèque  Mbida  et  continuer  le  processus  que  Ahmadou  Ahidjo  Parrainé  par  Ramadier devint  le  premier  ministre   le  18 février  1958  suite  à  la  démission  deux  jours  plus  tôt  de  son  prédécesseur  André Marie Mbida.  Ce  jour  du  18 février  donc, le  destin  du  Cameroun  changea  et  celui  qui  allait  prononcer  le  discours d’indépendance  prit  les  rêne  du  pouvoir  en  tant  que  second  premier  ministre  de  notre  Etat. Seulement  cette  transition  politique  a  posé  les  bases  de  la  mainmise  politique  de  la  France  sur  le  Cameroun  parce  que  c’est  en  France  que  Mbida  part  se  plaindre  et  c’est  de  la  France  que  Jean Ramadier  vient  pour  réaliser  le  forfait. Depuis  cet  instant, la  mainmise  de  la  France  sur  le  Cameroun  a  été  incontestable. La  première  manifestation  de  cette  mainmise  fut  le  soutien  de  la  France  dans  la  répression  des  nationalistes  upecistes  car  faut-il  le  rappeler, la  première  « prouesse »  de  Ahmadou  Ahidjo  aura  selon  lui  été   l’assassinat    de  Ruben  Um  Nyobe. Car  celui  a  été  tué  quelques  mois  après  l’arrivée  de  Ahmadou Ahidjo. Notamment  le  13 septembre  1958.

C’est  dire  en  définitive  que  ce  jour, le  18 Février  2012,  est  le   54 eme  anniversaire  de  la  première  transition  politique  qui  eut  lieu  dans  notre  pays  le  Cameroun  et  la  seconde  eut  lieu  presque  dans  les  même  conditions  en  1982. Il  est  important  de  le  savoir  pour  une  jeunesse  qui  cherche  ses  repères. Mais  cette  date  montre  aussi  comment   depuis  bien  l’autant  c’est-à-dire  l’autonomie  interne,  la  France  a  influencé  assez  considérablement  les  affaires  internes  de  notre  République  et  par  la  suite  le  Cameroun  est  juste  devenu  une  postcolonie, laboratoire  par  excellence  du  néocolonialisme  et  de  la  répression  armée.  Que  tous  ceux  qui  le  lisent  y  trouvent  des  manquements  et  surtout  qu’ils  en  cherchent  davantage  pour  écrire  l’histoire  vraie  et  véritable  de  notre  pays. Car  peut-être  on  ne le  dit  jamais  assez,  la  meilleur  façon  d’entrer  dans  l’histoire  c’est  de  l’écrire  soi  même.

                                                                                                TADAJEU  KENFACK  ULRICH



17/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres