L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

L’UPC DIVISEE MAIS PAS ANEANTIE

 

 

Le  64 eme  anniversaire  de  l’UPC (union des  populations  du  Camerounais), cette  année,  est  marquée  par  un  énième  congrès  de  réconciliation  communément  appelé  congrès  unitaire. Nous  saisissons  cette  double  opportunité  pour  revenir  sur  les  divisions  au  sein  du  mouvement  nationaliste  camerounais,  qui  vit  le  jour  à  Douala  le  10 avril 1948,  afin  de  montrer  que  le  parti  upeciste  a, depuis  1955, été  plusieurs  fois   divisé. Ce  qui  n’a  pas    influencé  la  détermination  de  ces  membres  à  atteindre  le  même  objectif : la  libération  de  notre  pays. Nous  irons  de  1955 à  la  fin  de  la  décennie 1990. Chaque  fois  nous  allons  revenir  sur  les  raisons  des  divisions, les  différentes  fractions  et  surtout  les  tentatives  de  résolution  à  travers  les  congrès  unitaires.

 

Suite  à  l’interdiction de  l’UPC  le  13 juillet  1955, des Divisions  naquirent  entre  le  comité  directeur  et  le  comité  des  refugiés. Le  comité  directeur  qui  comprenait  Felix Roland Moumié  et  compagnie  et  le  comité  des  refugiés  constitué  de  Michel  Gweth  et  autres. La  raison  de  cette  division  serait  relative  à  la  position  que  prendrait  l’ONU  suite  aux  doléances  soumises  par  l’UPC. Mais  elle  se  manifestait  davantage  par  la  question  financière  et  l’accusation  portée  par  Michel  Gweth  du  comité  des  refugiés  à  l’endroit  du  comité  directeur  pour  un  détournement  de  fonds. Conclusion  dissolution  du  comité  des  refugiés  par  le  comité  directeur  et  convocation  d’un  congrès  de  réconciliation  et  d’unité  du  mouvement  du  21 au 23 février 1956  à  Kumba, bastion  de  l’UPC exilé. l‘objectif  de  ce  congrès  était   de  donner  une  nouvelle  impulsion  au  Mouvement  et  surtout  les  rapports  du  parti  avec  l’administration  française.


L’absence  de  Jacques  Ngom  des  assises  de  Kumba  laissait  présager  un  clash  entre  ce  dernier  et  le comité  directeur. Ceci  s’est  fait  à  travers  le  journal  Liberté  dont  Jacques  Ngom  était  l’éditorialiste  et  dans  un  article  publié  en  Mai 1956  intitulé  « les  camerounais, le  sort  du  pays  est  entre  vos  mains », où  Jacques Ngom « stigmatisait »  le  comité  directeur  du  parti  mais  ces  derniers  réagirent  en  qualifiant  l’auteur  du  papier  d’opportunistes, de  défaitistes  et  surtout  de  mauvaise  graine  pour  le  parti.  Et  à  Jacques  de  dire  que  les  leaders  de  l’époque  sacrifiaient  les  intérêts  collectifs  à  l’autel  de leurs  intérêts  personnels. Bref  ce  fut  le  second  clash  intra UPC  suite  à  son interdiction. A  la  suite  de  ce  clash, les  membres  du  comité  des  refugiés  furent  qualifiés  de  traitres  de  la  Patrie  et  radiés  du  parti  nationaliste. Le  jugement  prononcé  contre  l’UPC    pour  reconstitution  d’association  ne fera  qu’enliser  le  parti  dans  des  rivalités  internes.


L’autre  moment  de Divergence se fit  au  sujet  des  élections  territoriales  de  décembre  1956. Ce  sont  les  premières  élections  de  la  loi  Cadre. Alors  il  y’eut  scission  entre  d’un  coté, le  bureau  politique  et  la  JDC  à  Kumba  lors  du  congrès  du JDC ( jeunesse Démocratique  du  Cameroun)  du  7  au  9 décembre à  Kumba  et  la  résolution  adoptée  interdisait  aux  membres  de  l’UPC  de  participer  à  ces  élections  et  le  bureau  politique  le  justifiait  par : « …le  peuple  camerounais  refuse  les  élections qui  sont  une  application  de  la  loi  cadre : il  ne  votera  pas » cela  dit, pour  le  bureau  politique, participer  aux  élections  revenait  à  cautionner  l’action  des  administrateurs  et  donc  d’être  conspirationnistes. De  l’autre  coté, la  section  de  Yaoundé  ou  celle  des  modérés  était  en  faveur  de  la  participation  ou  le  soutien  aux  progressistes  et  c’est  ainsi  que  Mathieu  Tagny  représentant  de  cette  aile  fut  envoyé  à  Kumba  pour  plaider  la  cause  de  la  participation  à  l’élection  ou  le  soutien  aux  progressistes  mais  sans  suite  favorable. Cette  autre  division  a  eu  pour  conséquence  l’enlisement  dans  la  violence  parce  que  des  « groupes  d’action »  furent  crées  pour empêcher  la  population  de  ne  pas  voter  car « voter, c’est  admettre  la  loi  cadre  et  partant  l’intégration  du  Cameroun à  l’union  Française » .  A  la  suite  de  cette  fronde  intra  upeciste, les  modérés exclus, réagirent  par  la  plume  de  Jacques  Ngom  et  de  Mathieu  Tagny    à  travers  un  manifeste  signé  en  mai 1957  et  dénommé « manifeste  pour  le  salut  des  forces  camerounaise »  dans  lequel, ils  disaient  que  les  camerounais  doivent  poursuivre  la  lutte  en  dehors  des  folles  ambitions  politiques  de  malheur  de  Felix  Roland  Moumié. Il  faut  dire  que  l’accusation  est  la  même  à  savoir que  les  membres  du  bureau  politique  se  servent  de  l’UPC  comme  d’une  affaire  personnelle. Mais  en  dehors  de  cette  accusation, cette  rivalité  est  d’ordre  stratégique  parce  que  les  uns  et  les  autres  veulent  avoir  le  contrôle  de  l’UPC  hors  maquis.  La  même  année, c’est  Mathieu  Tagny  qui  écrit  au  secrétaire  général  du  parti  nationaliste   pour  lui  demander  de  rompre  avec  son  équipe  qui, selon eux,  sacrifie  les  intérêts  nationaux  au  détriment  de  ses  intérêts  propres  mais  cette  rupture  n’avait  pas  pour  objectif  d’écarter  le  parti  de  ses  idéaux  d’indépendance  et  de  réunification. Bien  au  contraire, l’idéal  était le  même, sauf  que  les  moyens  et  les  méthodes  ne  faisaient  pas  l’unanimité. Face  à  la  non  réaction, Mathieu  Tagny  et  sa  troupe  décidèrent  de  lancer  un  parti  alternatif  dénommé  le  parti  Kamerunais  populaire (PKP) mais  le  trio  de  Kumba  les  traitait  de  traitre  et  de  vendu.


Ce  premier  moment  de  division  post interdiction  du  mouvement  nationaliste  mettait,  dans  sa  généralité,  aux  prises  d’un coté  les  progressistes  menés  par  Jacques  Ngom  et  Mathieu  Tagny  et  de  l’autre coté  les  conservateurs  en  exil  à  Kumba  menés  par  le  bureau  politique  ayant  à  sa  tête  Felix  Roland  Moumié. Mais  ces  divisions  et  rivalités  seront  davantage  consolidées  après  l’assassinat  de  Ruben Um  Nyobe  en  1958. Il  faut  d’abord  relever  qu’en  1957  et  plus  exactement  le  3 juin 1957, l’UPC  en  exil  au  Cameroun  britannique  est  déclarée  illégale  par  les  autorités  et  commence, pour ces  acteurs politiques,  un  long  exil  qui  mènera  la  plupart  de  ces  leaders  à  la  mort.


Après  la  mort  du  Mpodol  le  13 septembre  1958, certains  upecistes  rallient  le  régime. C’est  le  cas  de  Théodore  Mayi Matip   et  Antoine  Yembel De  Padoue, respectivement  lieutenant  et  secrétaire  particulier  de  Um  Nyobe  qui  rallièrent  l’administration  le  20 septembre 1958. Ce  ralliement  assez  prompte  et  rapide  a  fait  dire  à  des  auteurs  comme  Jean François  Bayart  que  Th Mayi  Matip  aurait  trahi  Ruben  Um  Nyobe. Bien  que  pour  d’autres  comme  Abel  Eyinga,  cet  assassinat  fut  commandité  par  le  régime  Ahidjo, nouvellement  devenu  premier  ministre. Nous  n’allons  pas  revenir  sur  les  raisons  de  cet  assassinat  ou  sur  les  responsables  car  le  système  colonial  et  ses  valets en étaient  responsables. Le  constat  qu’on  peut  faire  c’est  que  cet  assassinat  a  déstructuré  le  parti  et  l’a  laissé  sans  autorité : un  parti  qui  était  divisé  et  qui  ne  se  tenait  debout  qu’à  cause  de  l’aura  d’un  homme  charismatique  et  assez  écouté : le  Mpodol.


Les  divisions  post-assassinat  de  Um  Nyobe  opposaient  surtout  les  ralliés  menés  par  Mayi  Matip  et  tous  ceux  qui  ont  rallié  le  régime  aux  exilés  menés  par  Moumié  et  qui  ont  été  expulsés  du  Cameroun  Britannique  un  an  auparavant.  L’objectif  inavoué  de  ces  rivalités  étaient  le  contrôle  du  fauteuil  du  Mpodol  laissé  vacant  après  sa  mort. Les  deux  fractions  avaient  les  même  objectifs  à  savoir  la  libération du  Cameroun  mais  les  moyens  différaient.  Tandis  que  pour  les  exilés, il  fallait  continuer  la  lutte  par  la  résistance  et  la  violence, pour  les  ralliés, il  fallait  lutter  par  la  réconciliation, la  non violence  et  surtout  la  négociation. Ces  deux  fractions  furent  aussi  qualifiées  d’UPC légale  pour  celle  des  ralliés  et  l’UPC  illégale  pour  celle  des  exilés.  Cette  rivalité  s’est  manifestée  par  un évènement  majeur  en  1959, la tenue  des  élections  législatives  partielles  le  12  avril  dans  la  Sanaga  Maritime. Tandis  que  Mayi  Matip  envisageait  la  participation  à  ces  échéances  pour  sortir  de  l’illégalité  et  participer  à  l’acquisition  de  l’indépendance, l’UPC  en  exil  était  contre  la  participation  à  cette  échéance  car  pensait  que  c’était  pactiser  avec  le  colon, ce  qui  n’allait  pas  en  accord  avec  les  objectifs  de  l’UPC  et  donc  participer  à  ces  élections  étaient,  pour  l’UPC  en  exil,  une  trahison  grave au  programme de  l’UPC. Comme  nous  le  disions  le  principal  fond  de  division, loin  des  querelles  étaient  les  moyens  de  lutte  pour  acquérir  l’indépendance. Les  exilés  pensaient  qu’il  fallait  emprunter  la  violence  et  Moumié  déclarait  d’ailleurs  dans  le  new York Herald  tribune  du  19-20 avril 1959 : « son  mouvement  déclarerait  bientôt  une  guerre  ouverte  aux  français  au  Cameroun. » Alors  que  le  programme  des  ralliés  était  le  suivant : préparer  pour  le  peuple  des  options  claires  pour  son  devenir, un  climat  de  cordialité  et  mettre  fin  à  l’insécurité… la  position  des  ralliés  se  fit  sentir  sur  le  nom  de  leur  liste  aux  législatives  d’Avril 1959. Cette  liste  eut  pour  nom : « réconciliation  et  indépendance » c’est  dire  que  les  deux  fractions  étaient  quasiment  aux  antipodes  l’une  de  l’autre. Ceci  entraina  d’autres  ralliements  des  membres  de  l’UPC exilé  vers  les  ralliés  notamment  Jean Paul  Sende  et  Dicka Akwa  et  une  fois  rallié, ceux-ci  dénoncèrent  les  ambitions  personnelles, l’action  négative, le  complot   et  la  trahison  de  Moumié. Malgré  cette  division, les  ralliés participèrent  aux  élections.


Pour  faire  face  à  ces  divisions, un  congrès  unitaire  a  été  convoqué  pour  1962  par  un  Bureau  National  Provisoire (BNP)  crée suite  à  l’éparpillement  des  membres  du  comité  directeur. Ce  bureau  comprenait  comme  membres  entre  autres  Th Mayi Matip  et  Jacques  Ngom. C’est  dire  que  ce  fut  une  autre  mascarade  de  l’UPC  légale  qui  n’avait  d’unitaire  que  le  nom. Il  s’est  tout  de  même  tenu  en  Janvier  1962  et  des  résolutions  ont  été  prises  en  ce  qui  concerne  l’accession  à  l’indépendance  mais  aussi  et  surtout  la  condamnation  des  moyens  du  camp  Moumié, moyen  qu’ils  appellent  « terrorisme ». Mais  cette  fraction  des  ralliées  est  autant  infestée  par  les  divisions  entre  l’aile  Mayi  Matip  et  l’aile  Kamdem Ninyim  qui  se  désolidarisa  du  parti  pour  créer  le  FPUP (Front Populaire  pour  l’Unité  et  la  Paix). Mais  à  la  suite  de  cette  dernière  étape, on  observa  des  ralliements  au  sein de  l’administration, surtout   ceux  de  l’UPC légale  qui  avaient  voulu  se  désolidariser  comme  Mayi  Matip. Suite  à  ces  ralliements, l’UPC  n’exista  plus  à  partir  de  1966, date  de  l’instauration  du  parti  unique, bref  elle  n’exista  plus  légalement  parce  que  clandestinement, elle  continua  d’exister  mais  cette  phase  ne  fait  pas  l’objet  d’une  interrogation  particulière. Mais,  c’est  après  1991  avec  la  légalisation  de  l’UPC  en  1991  que  des  divisions  refont  surfaces  entre  les  héritiers  des  leaders  tombés  pendant  la  première  décennie  postcoloniale.

 

Suite  à  la  relégalisation  de  l’UPC  en  Février  1991  dans  la  mouvance  de  la  libéralisation  politique, deux  fractions  ou  deux  tendances  naissent  au  sein  de  l’UPC entre   le  duo Kodock-Dicka Akwa  et  de  l’autre  coté  Michel  Ndoh –Siméon Kuissi. La  division,  à  ce  niveau,  se  fait  entre  les  deux  duo : tandis  que  les  seconds  convoquent  un  congrès  à  Bafoussam, les  premiers  convoquent  le  leur  en  Nkongsamba  avec  le  soutien  évident  du  régime  Biya  qui  reconnait  la  fraction  de  Kodock  comme  la  fraction  légale. Cette  division  fera  qu’en  janvier  1992, l’UPC  se  présentera  sur  la  scène  nationale  avec  deux  directions distinctes, l’une  menée  par  Kodock et  Dicka Akwa  et  reconnue  comme  légale  par  l’administration  et  l’autre  menée  par  Michel  Ndoh  et  Siméon  Kuissi  et  non  reconnue  par  l’administration  camerounaise. Ces  divisions  entraineront  d’ailleurs  la  démission  des  partisans  de  l’Unité  comme Siméon Kuissi  en  Avril  1992.  La  conséquence  fondamentale  de  cette  énième  division  est  la  naissance  de  l’UPC-MANIDEM. En  effet, pour  faire  face  à  l’UPC pilotée  par  Kodock, les  membres  de  l’UPC élus  au  congres  de  Bafoussam  décidèrent  à  travers  une  longue  déclaration  du  Comité  directeur, selon  eux  « légitime » de  se  démarquer  de  l’UPC  dirigée  par  Kodock  et  créent  le  9 aout 1992  « l’UPC-MANIDEM ». Dès  cet  instant,  les  relations  s’envenimèrent  et  d’autres  fractions  naquirent. Ceci  d’autant  plus  que  les  membres  du  MANIDEM  sont  les  héritiers  de  l’ex UPC exilé  selon  qui  il  faut  continuer  le  combat  alors  que  du  coté  de  l’UPC  légal, ceux  qu’on  peut  appeler  les «  collaborationnistes », ils  prônent  le  ralliement  pour  lutter  pour  la  libération  du  pays. D’ailleurs  l’attitude  politique  de  Kodock  et  de  ses  affidés  jusqu’à  sa  mort  ne  démontrera  pas  le  contraire. Plusieurs  membres  ont  fait  leur  entrée  dans  les  gouvernements de Paul  Biya, les  tentatives  d’union  à  travers  les  congrès  unitaires  ont  échoué, les  ralliements  en  faveur  du  candidat  du  RDPC  pendant  les  échéances  électorales  sont fréquents. Bref  toutes  les  attitudes  politiques  qui  ont  contribué  à  diviser  davantage  le  parti  du  crabe  que  ses  pères  fondateurs  ont  baptisé  l’âme  immortelle  du  peuple  camerounais.


En  dernier  ressort, on  va  noter  que  les  divisions  upécistes  existent  depuis  bien  longtemps  et  ne  sont  pas  une  affaire  récente. Elles  ont  toujours  opposé  deux  principales  fractions, les  exilés  contre  les  ralliés, l’UPC légale  contre  l’UPC  clandestine. Bref, ces  divisions  se  posent  non  pas  en  terme  de  fin  mais  en  terme  de  moyen  pour  atteindre  cette  fin  qu’est la  libération du  Cameroun. Car,  que  ce  soit  les  divisions  entre  Felix Roland Moumié  et  Th  Mayi  Matip dans  les  années  1960  ou  entre  Kodock  et  Michel  Ndoh  pendant  la  décennie  1990, on  peut  remarquer  un  souci  de  trouver  les  moyens  efficaces  pour  atteindre  la  fin  ultime  de  l’union  des  populations  du  Cameroun  qui  est  la  libération  totale  du  peuple  Camerounais. Vivement  que  cet  objectif  soit  toujours  présent  et  que  les  leaders  actuels  puissent  se  rendre  compte  de  ces  divisions  et  essayer  de  faire  avec  pour  mener  à  bien  les  missions  de  l’UPC  afin  qu’elle  assume  avec  brio  son  statut  « d’âme  immortelle  du  peuple  Camerounais.»

 


 

TADAJEU  KENFACK ULRICH,

Etudiant  en  Histoire  des  Relations  internationales

Président  du  Cercle  des  étudiants  d’Histoire (CEHI)

Université de Dschang (Cameroun)

 

 

Indications  bibliographiques :

Nken Simon, l’UPC. De  la  solidarité  idéologique  à  la  division  stratégique : 1948-1962, paris, Anibwé, 2010.

Bayart Jean François, l’Etat  Au  Cameroun, paris, presses  de  la  FNSP, 1985.

Mbembe Achille, Ruben Um Nyobe. Le  problème  national  Kamerunais, paris, l’Harmattan, 1984.

Le  64 eme  anniversaire  de  l’UPC (union des  populations  du  Camerounais), cette  année,  est  marquée  par  un  énième  congrès  de  réconciliation  communément  appelé  congrès  unitaire. Nous  saisissons  cette  double  opportunité  pour  revenir  sur  les  divisions  au  sein  du  mouvement  nationaliste  camerounais,  qui  vit  le  jour  à  Douala  le  10 avril 1948,  afin  de  montrer  que  le  parti  upeciste  a, depuis  1955, été  plusieurs  fois   divisé. Ce  qui  n’a  pas    influencé  la  détermination  de  ces  membres  à  atteindre  le  même  objectif : la  libération  de  notre  pays. Nous  irons  de  1955 à  la  fin  de  la  décennie 1990. Chaque  fois  nous  allons  revenir  sur  les  raisons  des  divisions, les  différentes  fractions  et  surtout  les  tentatives  de  résolution  à  travers  les  congrès  unitaires.

 

Suite  à  l’interdiction de  l’UPC  le  13 juillet  1955, des Divisions  naquirent  entre  le  comité  directeur  et  le  comité  des  refugiés. Le  comité  directeur  qui  comprenait  Felix Roland Moumié  et  compagnie  et  le  comité  des  refugiés  constitué  de  Michel  Gweth  et  autres. La  raison  de  cette  division  serait  relative  à  la  position  que  prendrait  l’ONU  suite  aux  doléances  soumises  par  l’UPC. Mais  elle  se  manifestait  davantage  par  la  question  financière  et  l’accusation  portée  par  Michel  Gweth  du  comité  des  refugiés  à  l’endroit  du  comité  directeur  pour  un  détournement  de  fonds. Conclusion  dissolution  du  comité  des  refugiés  par  le  comité  directeur  et  convocation  d’un  congrès  de  réconciliation  et  d’unité  du  mouvement  du  21 au 23 février 1956  à  Kumba, bastion  de  l’UPC exilé. l‘objectif  de  ce  congrès  était   de  donner  une  nouvelle  impulsion  au  Mouvement  et  surtout  les  rapports  du  parti  avec  l’administration  française.

L’absence  de  Jacques  Ngom  des  assises  de  Kumba  laissait  présager  un  clash  entre  ce  dernier  et  le comité  directeur. Ceci  s’est  fait  à  travers  le  journal  Liberté  dont  Jacques  Ngom  était  l’éditorialiste  et  dans  un  article  publié  en  Mai 1956  intitulé  « les  camerounais, le  sort  du  pays  est  entre  vos  mains », où  Jacques Ngom « stigmatisait »  le  comité  directeur  du  parti  mais  ces  derniers  réagirent  en  qualifiant  l’auteur  du  papier  d’opportunistes, de  défaitistes  et  surtout  de  mauvaise  graine  pour  le  parti.  Et  à  Jacques  de  dire  que  les  leaders  de  l’époque  sacrifiaient  les  intérêts  collectifs  à  l’autel  de leurs  intérêts  personnels. Bref  ce  fut  le  second  clash  intra UPC  suite  à  son interdiction. A  la  suite  de  ce  clash, les  membres  du  comité  des  refugiés  furent  qualifiés  de  traitres  de  la  Patrie  et  radiés  du  parti  nationaliste. Le  jugement  prononcé  contre  l’UPC    pour  reconstitution  d’association  ne fera  qu’enliser  le  parti  dans  des  rivalités  internes.

L’autre  moment  de Divergence se fit  au  sujet  des  élections  territoriales  de  décembre  1956. Ce  sont  les  premières  élections  de  la  loi  Cadre. Alors  il  y’eut  scission  entre  d’un  coté, le  bureau  politique  et  la  JDC  à  Kumba  lors  du  congrès  du JDC ( jeunesse Démocratique  du  Cameroun)  du  7  au  9 décembre à  Kumba  et  la  résolution  adoptée  interdisait  aux  membres  de  l’UPC  de  participer  à  ces  élections  et  le  bureau  politique  le  justifiait  par : « …le  peuple  camerounais  refuse  les  élections qui  sont  une  application  de  la  loi  cadre : il  ne  votera  pas » cela  dit, pour  le  bureau  politique, participer  aux  élections  revenait  à  cautionner  l’action  des  administrateurs  et  donc  d’être  conspirationnistes. De  l’autre  coté, la  section  de  Yaoundé  ou  celle  des  modérés  était  en  faveur  de  la  participation  ou  le  soutien  aux  progressistes  et  c’est  ainsi  que  Mathieu  Tagny  représentant  de  cette  aile  fut  envoyé  à  Kumba  pour  plaider  la  cause  de  la  participation  à  l’élection  ou  le  soutien  aux  progressistes  mais  sans  suite  favorable. Cette  autre  division  a  eu  pour  conséquence  l’enlisement  dans  la  violence  parce  que  des  « groupes  d’action »  furent  crées  pour empêcher  la  population  de  ne  pas  voter  car « voter, c’est  admettre  la  loi  cadre  et  partant  l’intégration  du  Cameroun à  l’union  Française » .  A  la  suite  de  cette  fronde  intra  upeciste, les  modérés exclus, réagirent  par  la  plume  de  Jacques  Ngom  et  de  Mathieu  Tagny    à  travers  un  manifeste  signé  en  mai 1957  et  dénommé « manifeste  pour  le  salut  des  forces  camerounaise »  dans  lequel, ils  disaient  que  les  camerounais  doivent  poursuivre  la  lutte  en  dehors  des  folles  ambitions  politiques  de  malheur  de  Felix  Roland  Moumié. Il  faut  dire  que  l’accusation  est  la  même  à  savoir que  les  membres  du  bureau  politique  se  servent  de  l’UPC  comme  d’une  affaire  personnelle. Mais  en  dehors  de  cette  accusation, cette  rivalité  est  d’ordre  stratégique  parce  que  les  uns  et  les  autres  veulent  avoir  le  contrôle  de  l’UPC  hors  maquis.  La  même  année, c’est  Mathieu  Tagny  qui  écrit  au  secrétaire  général  du  parti  nationaliste   pour  lui  demander  de  rompre  avec  son  équipe  qui, selon eux,  sacrifie  les  intérêts  nationaux  au  détriment  de  ses  intérêts  propres  mais  cette  rupture  n’avait  pas  pour  objectif  d’écarter  le  parti  de  ses  idéaux  d’indépendance  et  de  réunification. Bien  au  contraire, l’idéal  était le  même, sauf  que  les  moyens  et  les  méthodes  ne  faisaient  pas  l’unanimité. Face  à  la  non  réaction, Mathieu  Tagny  et  sa  troupe  décidèrent  de  lancer  un  parti  alternatif  dénommé  le  parti  Kamerunais  populaire (PKP) mais  le  trio  de  Kumba  les  traitait  de  traitre  et  de  vendu.

Ce  premier  moment  de  division  post interdiction  du  mouvement  nationaliste  mettait,  dans  sa  généralité,  aux  prises  d’un coté  les  progressistes  menés  par  Jacques  Ngom  et  Mathieu  Tagny  et  de  l’autre coté  les  conservateurs  en  exil  à  Kumba  menés  par  le  bureau  politique  ayant  à  sa  tête  Felix  Roland  Moumié. Mais  ces  divisions  et  rivalités  seront  davantage  consolidées  après  l’assassinat  de  Ruben Um  Nyobe  en  1958. Il  faut  d’abord  relever  qu’en  1957  et  plus  exactement  le  3 juin 1957, l’UPC  en  exil  au  Cameroun  britannique  est  déclarée  illégale  par  les  autorités  et  commence, pour ces  acteurs politiques,  un  long  exil  qui  mènera  la  plupart  de  ces  leaders  à  la  mort.

Après  la  mort  du  Mpodol  le  13 septembre  1958, certains  upecistes  rallient  le  régime. C’est  le  cas  de  Théodore  Mayi Matip   et  Antoine  Yembel De  Padoue, respectivement  lieutenant  et  secrétaire  particulier  de  Um  Nyobe  qui  rallièrent  l’administration  le  20 septembre 1958. Ce  ralliement  assez  prompte  et  rapide  a  fait  dire  à  des  auteurs  comme  Jean François  Bayart  que  Th Mayi  Matip  aurait  trahi  Ruben  Um  Nyobe. Bien  que  pour  d’autres  comme  Abel  Eyinga,  cet  assassinat  fut  commandité  par  le  régime  Ahidjo, nouvellement  devenu  premier  ministre. Nous  n’allons  pas  revenir  sur  les  raisons  de  cet  assassinat  ou  sur  les  responsables  car  le  système  colonial  et  ses  valets en étaient  responsables. Le  constat  qu’on  peut  faire  c’est  que  cet  assassinat  a  déstructuré  le  parti  et  l’a  laissé  sans  autorité : un  parti  qui  était  divisé  et  qui  ne  se  tenait  debout  qu’à  cause  de  l’aura  d’un  homme  charismatique  et  assez  écouté : le  Mpodol.

Les  divisions  post-assassinat  de  Um  Nyobe  opposaient  surtout  les  ralliés  menés  par  Mayi  Matip  et  tous  ceux  qui  ont  rallié  le  régime  aux  exilés  menés  par  Moumié  et  qui  ont  été  expulsés  du  Cameroun  Britannique  un  an  auparavant.  L’objectif  inavoué  de  ces  rivalités  étaient  le  contrôle  du  fauteuil  du  Mpodol  laissé  vacant  après  sa  mort. Les  deux  fractions  avaient  les  même  objectifs  à  savoir  la  libération du  Cameroun  mais  les  moyens  différaient.  Tandis  que  pour  les  exilés, il  fallait  continuer  la  lutte  par  la  résistance  et  la  violence, pour  les  ralliés, il  fallait  lutter  par  la  réconciliation, la  non violence  et  surtout  la  négociation. Ces  deux  fractions  furent  aussi  qualifiées  d’UPC légale  pour  celle  des  ralliés  et  l’UPC  illégale  pour  celle  des  exilés.  Cette  rivalité  s’est  manifestée  par  un évènement  majeur  en  1959, la tenue  des  élections  législatives  partielles  le  12  avril  dans  la  Sanaga  Maritime. Tandis  que  Mayi  Matip  envisageait  la  participation  à  ces  échéances  pour  sortir  de  l’illégalité  et  participer  à  l’acquisition  de  l’indépendance, l’UPC  en  exil  était  contre  la  participation  à  cette  échéance  car  pensait  que  c’était  pactiser  avec  le  colon, ce  qui  n’allait  pas  en  accord  avec  les  objectifs  de  l’UPC  et  donc  participer  à  ces  élections  étaient,  pour  l’UPC  en  exil,  une  trahison  grave au  programme de  l’UPC. Comme  nous  le  disions  le  principal  fond  de  division, loin  des  querelles  étaient  les  moyens  de  lutte  pour  acquérir  l’indépendance. Les  exilés  pensaient  qu’il  fallait  emprunter  la  violence  et  Moumié  déclarait  d’ailleurs  dans  le  new York Herald  tribune  du  19-20 avril 1959 : « son  mouvement  déclarerait  bientôt  une  guerre  ouverte  aux  français  au  Cameroun. » Alors  que  le  programme  des  ralliés  était  le  suivant : préparer  pour  le  peuple  des  options  claires  pour  son  devenir, un  climat  de  cordialité  et  mettre  fin  à  l’insécurité… la  position  des  ralliés  se  fit  sentir  sur  le  nom  de  leur  liste  aux  législatives  d’Avril 1959. Cette  liste  eut  pour  nom : « réconciliation  et  indépendance » c’est  dire  que  les  deux  fractions  étaient  quasiment  aux  antipodes  l’une  de  l’autre. Ceci  entraina  d’autres  ralliements  des  membres  de  l’UPC exilé  vers  les  ralliés  notamment  Jean Paul  Sende  et  Dicka Akwa  et  une  fois  rallié, ceux-ci  dénoncèrent  les  ambitions  personnelles, l’action  négative, le  complot   et  la  trahison  de  Moumié. Malgré  cette  division, les  ralliés participèrent  aux  élections.

Pour  faire  face  à  ces  divisions, un  congrès  unitaire  a  été  convoqué  pour  1962  par  un  Bureau  National  Provisoire (BNP)  crée suite  à  l’éparpillement  des  membres  du  comité  directeur. Ce  bureau  comprenait  comme  membres  entre  autres  Th Mayi Matip  et  Jacques  Ngom. C’est  dire  que  ce  fut  une  autre  mascarade  de  l’UPC  légale  qui  n’avait  d’unitaire  que  le  nom. Il  s’est  tout  de  même  tenu  en  Janvier  1962  et  des  résolutions  ont  été  prises  en  ce  qui  concerne  l’accession  à  l’indépendance  mais  aussi  et  surtout  la  condamnation  des  moyens  du  camp  Moumié, moyen  qu’ils  appellent  « terrorisme ». Mais  cette  fraction  des  ralliées  est  autant  infestée  par  les  divisions  entre  l’aile  Mayi  Matip  et  l’aile  Kamdem Ninyim  qui  se  désolidarisa  du  parti  pour  créer  le  FPUP (Front Populaire  pour  l’Unité  et  la  Paix). Mais  à  la  suite  de  cette  dernière  étape, on  observa  des  ralliements  au  sein de  l’administration, surtout   ceux  de  l’UPC légale  qui  avaient  voulu  se  désolidariser  comme  Mayi  Matip. Suite  à  ces  ralliements, l’UPC  n’exista  plus  à  partir  de  1966, date  de  l’instauration  du  parti  unique, bref  elle  n’exista  plus  légalement  parce  que  clandestinement, elle  continua  d’exister  mais  cette  phase  ne  fait  pas  l’objet  d’une  interrogation  particulière. Mais,  c’est  après  1991  avec  la  légalisation  de  l’UPC  en  1991  que  des  divisions  refont  surfaces  entre  les  héritiers  des  leaders  tombés  pendant  la  première  décennie  postcoloniale.

 

Suite  à  la  relégalisation  de  l’UPC  en  Février  1991  dans  la  mouvance  de  la  libéralisation  politique, deux  fractions  ou  deux  tendances  naissent  au  sein  de  l’UPC entre   le  duo Kodock-Dicka Akwa  et  de  l’autre  coté  Michel  Ndoh –Siméon Kuissi. La  division,  à  ce  niveau,  se  fait  entre  les  deux  duo : tandis  que  les  seconds  convoquent  un  congrès  à  Bafoussam, les  premiers  convoquent  le  leur  en  Nkongsamba  avec  le  soutien  évident  du  régime  Biya  qui  reconnait  la  fraction  de  Kodock  comme  la  fraction  légale. Cette  division  fera  qu’en  janvier  1992, l’UPC  se  présentera  sur  la  scène  nationale  avec  deux  directions distinctes, l’une  menée  par  Kodock et  Dicka Akwa  et  reconnue  comme  légale  par  l’administration  et  l’autre  menée  par  Michel  Ndoh  et  Siméon  Kuissi  et  non  reconnue  par  l’administration  camerounaise. Ces  divisions  entraineront  d’ailleurs  la  démission  des  partisans  de  l’Unité  comme Siméon Kuissi  en  Avril  1992.  La  conséquence  fondamentale  de  cette  énième  division  est  la  naissance  de  l’UPC-MANIDEM. En  effet, pour  faire  face  à  l’UPC pilotée  par  Kodock, les  membres  de  l’UPC élus  au  congres  de  Bafoussam  décidèrent  à  travers  une  longue  déclaration  du  Comité  directeur, selon  eux  « légitime » de  se  démarquer  de  l’UPC  dirigée  par  Kodock  et  créent  le  9 aout 1992  « l’UPC-MANIDEM ». Dès  cet  instant,  les  relations  s’envenimèrent  et  d’autres  fractions  naquirent. Ceci  d’autant  plus  que  les  membres  du  MANIDEM  sont  les  héritiers  de  l’ex UPC exilé  selon  qui  il  faut  continuer  le  combat  alors  que  du  coté  de  l’UPC  légal, ceux  qu’on  peut  appeler  les «  collaborationnistes », ils  prônent  le  ralliement  pour  lutter  pour  la  libération  du  pays. D’ailleurs  l’attitude  politique  de  Kodock  et  de  ses  affidés  jusqu’à  sa  mort  ne  démontrera  pas  le  contraire. Plusieurs  membres  ont  fait  leur  entrée  dans  les  gouvernements de Paul  Biya, les  tentatives  d’union  à  travers  les  congrès  unitaires  ont  échoué, les  ralliements  en  faveur  du  candidat  du  RDPC  pendant  les  échéances  électorales  sont fréquents. Bref  toutes  les  attitudes  politiques  qui  ont  contribué  à  diviser  davantage  le  parti  du  crabe  que  ses  pères  fondateurs  ont  baptisé  l’âme  immortelle  du  peuple  camerounais.

En  dernier  ressort, on  va  noter  que  les  divisions  upécistes  existent  depuis  bien  longtemps  et  ne  sont  pas  une  affaire  récente. Elles  ont  toujours  opposé  deux  principales  fractions, les  exilés  contre  les  ralliés, l’UPC légale  contre  l’UPC  clandestine. Bref, ces  divisions  se  posent  non  pas  en  terme  de  fin  mais  en  terme  de  moyen  pour  atteindre  cette  fin  qu’est la  libération du  Cameroun. Car,  que  ce  soit  les  divisions  entre  Felix Roland Moumié  et  Th  Mayi  Matip dans  les  années  1960  ou  entre  Kodock  et  Michel  Ndoh  pendant  la  décennie  1990, on  peut  remarquer  un  souci  de  trouver  les  moyens  efficaces  pour  atteindre  la  fin  ultime  de  l’union  des  populations  du  Cameroun  qui  est  la  libération  totale  du  peuple  Camerounais. Vivement  que  cet  objectif  soit  toujours  présent  et  que  les  leaders  actuels  puissent  se  rendre  compte  de  ces  divisions  et  essayer  de  faire  avec  pour  mener  à  bien  les  missions  de  l’UPC  afin  qu’elle  assume  avec  brio  son  statut  « d’âme  immortelle  du  peuple  Camerounais.»

 

 

 

Voici  au  besoin  des  indications  bibliographiques :

Nken Simon, l’UPC. De  la  solidarité  idéologique  à  la  division  stratégique : 1948-1962, paris, Anibwé, 2010.

Bayart Jean François, l’Etat  Au  Cameroun, paris, presses  de  la  FNSP, 1985.

Mbembe Achille, Ruben Um Nyobe. Le  problème  national  Kamerunais, paris, l’Harmattan, 1984.



12/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres