L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

Foto, une chefferie fondée par un chasseur.

La chefferie Foto a été crée au XIXème siècle par un chasseur originaire de la plaine de Mbo. Ce dernier, à la recherche du gibier, s’arrêta avec ses confrères à l’emplacement actuel de la chefferie Foto. Progressivement, par des stratégies de ruse, il conquit le pouvoir politique en empêchant les populations locales d’obéir à leur chef d’où le nom de « Fo – To », chef qui empêche.

 

  Entrée de la chefferie Foto (Dschang, Cameroun)


Dans un tableau chronologique des lignées royales des chefferies grassfields de Emmanuel Ghomsi[1] repris par Monique Guimfacq dans son mémoire[2], la fondation de la chefferie Foto remonte au XIXe siècle soit exactement vers 1820[3]. Par ailleurs, ce tableau chronologique montre que la chefferie Foto aurait été fondée par un certain Tseu-Zeu[4]. Ce chasseur originaire de l’actuelle plaine de Mbo et plus précisément de la chefferie de Ngouata[5] aurait quitté son village pour se rendre à la chasse avec quelques amis. Dans leur recherche des gibiers, ils arrivèrent au niveau de l’actuelle chefferie Foto qui était à ce moment une zone forestière et giboyeuse. Il décida donc, avec ses compagnons, d’installer son campement à cet endroit et de continuer la chasse. Mais cet endroit était interstitiel du bloc  Lap Zeukeng et de la chefferie Toula Zizong.  En raison des alliances[6] entre les différentes chefferies comme c’étaient le cas de ces deux chefferies,  la chefferie fille (Ici c’est Lap zeukeng) avait des obligations vis-à-vis de la chefferie mère (Toula Zizong).  Parmi ces obligations, les populations de Lap Zeukeng devaient aller donner des bambous, nattes, bois et du vin ou travailler à la chefferie Nzizong. Mais chaque fois qu’ils partaient, ils passaient par le campement qu’avaient installé le chasseur et ses compagnons. Ce dernier leur offrait des gibiers qu’il avait faits cuire, des haricots pilés, du vin de palme et parfois même, les faisait danser au balafon[7].  C’est ainsi que progressivement, il gagna, par cette largesse, la confiance de ces populations qui décidèrent désormais de laisser à ce lieu des nattes pour que ce généreux étranger construise sa demeure. Quelques temps plus tard, ils ont de manière convaincue exprimé leur sympathie à l’endroit de l’étranger en ces termes :

« Nous travaillons toujours chez le chef Toula Zizong, mais nous ne sommes jamais récompensés, tandis qu’à notre retour à domicile, ce bon Tamekouo nous invite chez lui et nous donne à manger. Maintenant, soyons pour lui et non plus pour le chef de Toula. »[8]

 

La rupture entre les populations et leurs différents chefs étaient consommés. Le chasseur étranger avait acquis une certaine popularité au sein de la population : « un long temps s’est écoulé, « Tamekouo »[9] a gagné la confiance des villageois, des notables et des sous-chefs »[10]. Même si au départ, il n’avait pas d’ambitions politiques, « il se rend compte qu’il peut devenir chef d’un village. Il se met donc à développer des stratégies »[11] pour la « suite du plan »[12].

 

Après cette première phase purement inopinée, la seconde phase fut la corruption du Wenghuia Lepé. Le « wenghuié Lepé » était celui qui gardait des objets royaux de la chefferie. Au rang de ces attributs royaux, nous pouvons citer le Kwifo qui est l’instrument traditionnel en deux branches creuses utilisées pour annoncer le passage du chef à travers le village ou la mort d’un prince. Il y’a aussi l’habit de griot, les anneaux en cuivre qui garnissent les pieds des femmes du chef et enfin le « Lewouwou », plante symbole de la noblesse. Ainsi, obtenir ces attributs était le signe précurseur d’un coup d’Etat culturel. Lors du déplacement de Tseu-Zeu, il était accompagné de ses compagnons et parmi ceux-ci, il y’avait une femme qui prendra plus tard le titre de « ngwikem ». Chaque fois, elle devait partir chez le « wenghia lepé » et « Temgoua » lui donnait les consignes d’accepter les avances de cet homme. Un jour, Tamekouo surprit weghuia lepé  en flagrant délit avec la femme. Le chasseur étranger cria : « …le chef a violé une femme. C’est un crime, il faut que je me venge. » En effet, l’adultère était un crime passible de peine de mort. Pour calmer le chasseur, le lieutenant du chef était obligé d’accepter des concessions et le chantage de ce monsieur. Il fut obligé de lui remettre les attributs que nous avons cités plus haut. Ainsi, il fallait s’attaquer à Toula Nzizong. Grâce au soutien des populations de Lap Zeukeng, ce fut comme une lettre à la poste. C’est ainsi que le nom « Fo-to »[13] vient de cet empêchement aux populations Toula Nzizong et Lap Zukeng d’obéir à leur chef.

 

Ainsi naquit la chefferie Foto grâce à la ruse d’un chasseur étranger qui a su gagner la confiance des populations autochtones mais surtout être conscient de ses avantages, mettre sur pieds des stratégies pour satisfaire ses ambitions.



[1] Revue Camerounaise d’Histoire, N°1, Octobre 1971.

[2] Monique Guimfacq, « Autorités traditionnelles et pouvoir colonial en pays Bamiléké : l’exemple de la Menoua 1903-1960 », Mémoire de maitrise en Histoire, Université de Yaoundé, 1987-1988. P14

[3] Lignée Royale à la chefferie Foto.

[4] Il a plusieurs noms en raison de ses activités de chasse et ses largesses.

[5] Entretien avec M Ngoune Etienne, 18/12/2012 de 07h30 à 10h30 à Foto.

[6] René Delarozière, les  institutions politiques et sociales des populations dites Bamiléké, Dakar, IFAN, 1950. PP 21-23

[7] J.L. Dongmo citant l’Almanach Nufi, P69.

[8] Ymelé Honoré cité par Monique Guimfacq, « Autorités traditionnelles…P 12.

[9] Tamekouo signifie en yemba celui qui jette les haricots/

[10] AEEF, Connaissez-vous le groupement Foto, P.2.

[11] Entretien avec M Pounde René, 18/12/2012 de 11h à 13h à Foto lieu dit Tam-tam Week-end.

[12] Nous mettons ce terme entre guillemets parce qu’il ne s’agit pas d’un plan en tant que action construite et préparée mais un plan improvisée.

[13] « Fo » signifie en Yemba chef et « To », empêchement.



26/04/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres