L\'Afrique peut!

L\'Afrique peut!

Francophonie: 42 ans Dejà !

 

Le  20  mars  1970,  la  création  de  l’agence  de  coopération  culturelle  et  technique  à  Niamey  marque  naissance  de  la  Francophonie  intergouvernementale. Mais   c’est   en  1998, plus  précisément  le  20  mars  en  commémorations  du  20  mars  1970  qu’est  célébrée  pour  la  première  fois  la  journée  de  la  Francophonie. Depuis  cette  période, cette  journée  est  une  tradition  pour  les  Etats  ayant  le  français  en  partage  et  cette  année  2012  le  rendez-vous  sera  honoré  sous  un thème   assez   pertinent : « le  Français  est  une  chance ». Nous  saisissons  cette  opportunité  pour  revenir  sur  l’Historique   de  la  Francophonie, présenter  certains  organes  de  cette  institutions, des  actions  et  apporter  quelques  critiques  à  l’action  de  l’organisation.

 

 

Le  projet  de  la  Francophonie  est   vieux  parce  que,  bien  que  le  mot  existe  depuis  1880  à  travers  le  géographe  français  Onésime  Reclus, c’est  en  1926, qu’est créée l’Association des écrivains de langue française (Adelf) .  En  1950, c’est  au  tour  des  journalistes  de  faire  incursion  avec  l’Union internationale des journalistes et de la presse de langue française (aujourd’hui Union de la Presse francophone). Mais  il  faudra  attendre  1960  pour  voir  naitre  la  première  institution  intergouvernementale  francophone  connue  sous  le  nom  de  Conférence des Ministres de l’Education (Confemen).  Les  universitaires  ne  seront  pas  en  reste  puisque  nous  sommes  à  cette  période  à  l’aube  des  indépendances  et  est  crée l’Association des universités partiellement ou entièrement de langue française, qui deviendra, en 1999, l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF).  Ce  réseau  d’universités francophones  qui  a  son  siège  actuellement  à  Montréal  compte  677 établissements d’enseignement supérieur et de recherche répartis dans 81 pays et  est l’un des opérateurs spécialisés de la Francophonie.  En  1967, c’est  au  tour  des  parlementaires  de  faire  incursion  à  travers  leur  association. Celle-ci  devint  en  1997, l’assemblée   parlementaire  de  la  Francophonie (APF)  et  regroupe  aujourd’hui  près  de  69  parlements. Ajouté  à   cela  en  1969, ce  fut  au  tour  des  ministres  des  sports  en  créant  la  Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports (Conféjes). Laquelle  conférence  forme  avec  la  Confemen, la  seconde  conférence  ministérielle  permanente  de  la   Francophonie.


Au  sortir  de  la  colonisation, certains  de  nos  leaders  africains  considèrent  que  la  langue  française  est  l’un  des  héritages  fantastiques  de  cette  entreprise  macabre : "Dans les décombres du colonialisme, nous avons trouvé cet outil merveilleux, la langue française"  comme  le  disait  Senghor. C’est  la  raison  pour  laquelle  le  20  mars  1970, est  signée  à  Niamey  au  Niger la  convention portant  création  de  l’agence  de  coopération  culturelle  et  technique (ACCT).  L’objectif  de  cette  nouvelle  association  était  surtout  le  partage  d’une  langue  commune, le  Français, chargée  de  promouvoir  et  de  diffuser  les  cultures  de  ses  membres  et  d’intensifier  la  coopération  culturelle  et  technique  entre  eux. Mais   en  1998, l’ACCT devint  l’agence  intergouvernementale  de  la  francophonie  avant  de  devenir  en  2005, l’organisation  internationale  de  la  Francophonie.

la  Francophonie  est  présente  dans  plusieurs  domaines  pour  mener  à  bien  son  action. Ces  actions  sont  programmées  sur  une  période  de  Quatre  ans  et  financées  par  les  contributions  de  ses  Etats  et  gouvernements  membres.


Le  premier  domaine  est  celui  du cinéma  : la  Francophonie soutient   le  FESPACO(festival  panafricain  du  Cinéma  de  Ouagadougou)  et  jusqu’ici, elle  aurait   aidé  à  la  réalisation  de  près  de  1400  œuvres  de  cinéma. Elle  ne  se  limite  pas   au  cinéma. Car  en  2001, l’OIF  a  lancé  le  prix  littéraire  des  cinq  continents  de  la  francophonie  qui  consacre  chaque  année  un  roman  de  langue  française. Parmi  les  lauréats, on  peut  noter  le  congolais  Alain  Mabanckou  qui  a  remporté  en  2005  et  qui  est  par  ailleurs  l’auteur  du  roman  Black  Bazar.

Dans  le  domaine  de  l’audiovisuel, on peut citer  TV5 qui est  le  résultat  d’une  volonté de  diffuser  la  langue  française  partout  dans  le  monde. En  1984, la  chaine  TV5  est  créée  et  résulte  de  l’alliance  de  5 chaines  de  télévisions  publiques. Parmi  les  pays, on  a  la  France, la  Belgique  et  la  suisse. Par  la  suite,  la  chaine  francophone  s’est  régionalisée  tout  comme  l’AUF  et  aujourd’hui, on  a  TV5 Afrique et TV5 Amérique Latine qui ont  vu le jour en 1992, suivies par TV5 Asie en 1996, puis de TV5 Etats-Unis et TV5Moyen Orient en 1998. La chaîne, dénommée TV5Monde depuis 2001, compte aujourd’hui 7 chaînes de télévision et TV5 Québec-Canada. Transportée par 44 satellites, reçus dans 189 millions de foyers de par le monde, elle constitue le principal vecteur de la Francophonie : la langue française, dans la diversité de ses expressions et des cultures qu’elle porte.


 Dans le  domaine  scientifique, à travers  deux  de  ses  organes  spécialisées, la  Francophonie  permet  non  seulement  la  formation  des  étudiants mais  aussi  leur  mobilité  dans  le  monde  à  travers  des  bourses. Ceci  est  rendu  possible  d’abord  à  travers  l’Université  Senghor créée en  hommage  à Léopold  Sedar  Senghor. Cette  université  a vu le  jour   en  1989  et   son  siège se trouve  à  Alexandrie    en  Egypte. Elle  offre,  depuis  2008,  des  formations  à  distance. Son  Recteur  est   Albert  Lourde.  En  plus  de  l’université  Senghor, il  y’a  l’AUF (agence  universitaire  de  la  Francophonie)  qui   a  été  fondée  en  1961  et  regroupe  près  de   81  établissements  d’enseignement  supérieur  repartis dans  94  pays. Cette  association  universitaire  qui  a  son  siège  à  Montréal  au  canada  est  présente  sur  les  5  continents  avec  des  bureau  régionaux  et  soutient  la  formation  en  proposant  des  bourses  aux  étudiants, professeurs  et  chercheurs. Selon  des  informations  recueillies  sur  leur  site, la  Francophonie  offrirait  en  moyenne  2000  bourses  par  année. Le  Recteur  de  cette  agence  est  Bernard Cerquiglini. Le  Cameroun accueille  le  siège  de  la  représentation  régionale  Afrique  centrale  et  grands  lacs  de  l’AUF  et  le  directeur  de  cette  agence  régionale  est  le  professeur  Alain Ondoa.   La  Francophonie  est  de  ce  fait  assez  active  dans  le  domaine  de  la  recherche  universitaire  et  de  la  mobilité  des  étudiants. Mais  ce  dynamisme  n’efface  pas  son action  sur  le  plan  politique.


Concernant  l’aspect  politique, le   sommet  des  chefs  d’état  de  la  Francophonie  a  été  institué  en  1986, date  de  la  première  réunion sous  la  houlette  de  François  Mitterrand  alors  président  de  la  France. A  ce  sommet, 42 Etats ont  participé  et  plus  que  par  le  passé, ils  retinrent  des  axes  de  coopération.  Parmi  ces  axes, nous  pouvons  citer  entre  autres  le développement, les industries de la culture et de la communication, les industries de la langue. Ainsi, depuis  1986, les  chefs  d’Etat  se  sont  réunis  13  fois  et  le  rendez-vous  s’est  tenu    quatre  fois  en  Afrique : en  1989  à  Dakar, en  1993  à  Grand-baie  en  Ile  Maurice, 1995  à  Cotonou  et  en  2004  à  Ouagadougou. Alors  pour  conforter  cet  aspect  politique, la  francophonie  se  dote  en  1995  au  sommet  de  Cotonou  au  Benin  d’un  poste  de  secrétaire  général.  Mais  il  faudra  attendre  deux  ans  plus  tard  pour  voir  la  première élection  du  secrétaire  général  de  l’institution.  Ce  fut  en  1997  au  sommet  de  Hanoi  au  Vietnam  et  l’égyptien, Boutros Boutros Ghali, ex  SG  de  l’ONU , devint  le  premier  Secrétaire  Général. Il  occupa  ce  poste  jusqu’en  2002. C’est  cette  même  année,  au  sommet  de  Beyrouth  au  Liban, que l’ex  président  sénégalais  Abdou  Diouf  remplace  Boutros Boutros Ghali  au  poste  de  SG.  Ce  qui  lui  a  permis d’impulser  une  nouvelle  dynamique  à  travers  la nouvelle  charte  qu’il  fit  adopter  en  2005  à  Madagascar. Laquelle  charte  consacre  l’appellation  OIF.  A  ces  aspects  originels, il  faut  ajouter que   la  Francophonie  s’est,  peu  à  peu,  tournée  dans  des actions  en  faveur  de  la  paix, la  démocratie  et  des  droits  de  l’homme.


C’est  de  ce  fait  que  l’institution  envoie  en  1992  sa  première  mission  de  visite  et  d’observation  lors  des  élections  en  Roumanie(présidentielles  et  législatives) . Au  nombre  de  ses  actions, on  en  dénombre  pas  mal  et  sur  le  plan  politique,  la  Déclaration  de  Bamako  reste  l’un  des  documents  les  plus  importants  et   cette  déclaration  adoptée  à  Bamako  au  mali en 2000  stipule  entre  autre  que : « la  démocratie  et  le  developpement  sont  indissociables : ce  sont  là  les  facteurs  du  developpement  durable. »  En  plus  de  cette  déclaration, plusieurs  actions  sont  menées  par  la  Francophonie  notamment   des  rapports  sur  des  grands  enjeux  contemporains. On  peut  citer  entre  autres  Rapport : le  rapport  publié  en  Février  2008  sous  la  direction  de  Dominique  Wolton  et  qui  porte  sur  la  Francophonie  et  les  migrations  internationales ; ou  encore  celui  de  décembre  de  la  même année  portant  sur  l’identité  francophone  dans  la  mondialisation. Il  faut  dire  dans  ce  même  ordre  d’idée  que  la  prochaine  rencontre  des  chefs  d’état,  qui  est  l’une  des  trois  instances  de  la  l’organisation[1], se  tiendra  en  octobre  prochain  à  Kinshasa  au  Congo  démocratique  sous  le  thème : « francophonie : enjeux  économiques  et  environnementaux  face  à  la  gouvernance  mondiale ». Certes   la  Francophonie  mène  des  actions, mais  il  faut  mettre  un  bémol  en  soulignant  que  cette  instance  n’est  pas  exempte  de  reproches  et  de  critiques.


L’une  des  critiques  que  de  nombreux  analystes  formulent  à  l’endroit  de  la  Francophonie  c’est  qu’elle  serait  un  moyen  de  domination  culturelle  voire  politique  de  la  France  sur  les  états  africains,  ex  colonies. Nous  pensons  de  ce  fait  que   le  fait de  promouvoir  le  Français    à  travers  la  Francophonie  ne  permet  pas  aux  africains  de  connaitre  véritablement  leurs  dialectes  et  de  nationaliser  ce  français  comme  dans  d’autres  pays. Car  si  ce  Français  est  encore  considéré  comme  « une  chance »  pour  l’africain  comme  le  thème  de  cette  année  le  dit, cela  veut  dire  que  l’africain  n’est  pas  encore  « lui  même »  et  qu’au  lieu  d’aider  l’Africain  à  formuler  à  travers  la  diversité  une  culture  authentique et originale, cette  langue  ne  fait  que  continuer  de  considérer  l’Africain  comme  un  être  inférieur  et  on  peut  y  voir  une  volonté  de  domination.

 

 

En  dernière  analyse, nous  ne  reviendrons  pas  sur  les  propos  que  nous  avons  eus  à  évoquer  plus  haut. Nous  dirons  tout  simplement  que  la  plupart  de nos  sources  d’informations  est  constituée  des   documents  de  la  Francophonie  que  nous  avons  obtenus  sur  le  site  internet  de  l’institution.  Seulement, nous  n’avons pas assez  puisez    dans  les  critiques  parce  que, peut  être , nous  n’avons  pas  eu  assez  de  source  d’informations  dans  ce  sens.  Vos  contributions  permettront  de compléter  ce  modeste papier et de  prolonger  le  débat.  Soyez   très  objectif, lucide  et  factuel  pour  ne  pas  plonger  dans  la  divagation.


 

Pour  compléter  vos  connaissances  du  monde  Francophone, voici  quelques  repères, chronologies  et  dates  clés. Mais  pour  d’autres  informations, consultez  le  site  internet  de  la  Francophonie : http://www.francophonie.org/

 

 

 

 

         REPERES DE LA FRANCOPHONIE

Ø  220 millions de francophones dans le monde

Ø  Le français, 9e langue la plus parlée sur la planète

Ø  60% des francophones ont moins de 30 ans

Ø  96,2 millions de francophones en Afrique

Ø  20 mars 1970 : naissance de la Francophonie intergouvernementale

Ø  L’OIF : 75 Etats et gouvernements dont 56 membres et 19 observateurs

Ø  La Francophonie : 890 millions d’habitants

Ø  Le français, langue officielle dans 32 Etats membres

 

LES  DIFFERENTS  SOMMETS  DE  LA  FRANCOPHONIE

  • 1986 : Ier  Sommet : Versailles (France)
  • 1987 : IIe sommet : Québec (Canada-Québec)
  • 1989 : IIIe sommet : Dakar (Sénégal)
  • 1991 : IVe sommet : Paris (France)
  • 1993 : Ve Sommet : Grand-Baie (Maurice)
  • 1995 : VIe sommet : Cotonou (Bénin)
  • 1997 : VIIe sommet : Hanoi (Vietnam)
  • 1999 : VIIIe sommet : Moncton (Canada- Nouveau-Brunswick)
  • 2002 : IXe sommet : Beyrouth (Liban)
  • 2004 : Xe sommet : Ouagadougou (Burkina Faso)
  • 2006 : XIe sommet : Bucarest (Roumanie)
  • 2008 : XIIe sommet : Québec (Canada-Québec)
  • 2010 : XIIIe sommet : Montreux (suisse)

 

 

En  octobre  prochain, le  sommet  de  la Francophonie  se  tiendra  à  Kinshasa  en  République  Démocratique  du  Congo. Il  faut  rappeler  que  chaque  sommet  sort  une  déclaration dans  laquelle  les  chefs  d’Etat  donnent  les  démarches  qu’ils  ont  pris  ou  prendront  pour  promouvoir  la  paix  entre  les  peuples  et  la  Justice.



[1]  Les  deux  autres  instances  sont : la Conférence ministérielle de la Francophonie (CMF) et le Conseil permanent de la Francophonie (CPF).

 



19/03/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres